Article à emporter : « Pourquoi il faut détester les riches »

Extrait : « Pourquoi les riches posent problème ? À cause de leur tronche ? Non. À cause de leur mode de vie ? Un peu, si l’on considère ce que les 10 % les plus riches polluent en voyages intercontinentaux et en grosses cylindrées. Mais c’est peu comparé au mode de production dévastateur dont ils sont les actionnaires et au pouvoir dont ils disposent. Si Messieurs Arnault et Pinault, grands patrons du CAC 40, veulent vivre dans le luxe, grand bien leur fasse. Mais hélas, on ne peut pas en rester là. Car leur fortune, leurs privilèges ne sont rendus possibles que par la relative pauvreté de la majorité de la population, avec ou sans la crise. En outre, si leur argent leur servait uniquement à s’acheter des Jaguar, ça irait. Mais non, ça leur permet de contrôler la presse, de payer des lobbyistes, d’influencer les politiques nationales et européennes plus que n’importe quel citoyen. » (Article issu du n°1 de Frustration, printemps 2014)

Téléchargez le PDF de l’article ici

articles a mporter 2

Arnaque aux partenaires sociaux

Ils avancent masqués derrière un nom rassurant. Ils incarnent le nouveau dialogue social. Ils décident de notre avenir. Ce sont les « partenaires sociaux ». Mais qui sont-ils vraiment ? Frustration a enquêté pour vous. Blague à part, c’est juste que, comme tout le monde, à force d’entendre cette expression de « partenaires sociaux », on a fini par se demander qui était ce couple divin patronat-salariat à qui est délégué le pouvoir de réformer entre autres le droit du travail

La Suite

Jeudi de la rage : l’élite adôôre la guerre

L’élite adore la guerre. Pas de traité de diplomatie dans cette chronique. Voyez comme toute la classe politique s’enivre de mots belliqueux, accompagnés comme d’habitude par leurs laquais, les journalistes qui eux aussi aiment ça, parce qu’ils ont hâte d’avoir de belles images à montrer. La France part en croisade contre la «  barbarie  »  aux côtés des Américains. Et nos médias sont unanimes pour s’en féliciter. Certains chipotent histoire d’avoir l’air moins béats. Ils s’inventent géopoliticiens à grands coups de cartes et de schémas en 3D. Mais personne ne semble questionner le principe même de cette guerre, le fond foireux de sa rhétorique.

La Suite

Sortie du numéro 2 le 18 octobre

Le numéro deux est en cours de bouclage. On y parlera « réseaux », humanitaire et vie créative. Sujets niais et classiques ? Vous verrez par vous-même. Il y aura aussi la deuxième partie du Manuel du Combattant de l’Intérieur. Tiré à davantage d’exemplaires, ce nouveau numéro sera disponible en commande sur internet et en librairie.

Jeudi de la rage : Les nouveaux gardiens de la galaxie

Comment un scénario catastrophe permet de mener une politique de classe

Face aux critiques sur leur politique, « L’important, disent les membres du gouvernement, c’est de garder le cap et lutter contre le fléau du chômage » et pour ça tous les moyens sont bons. Voici le synopsis du film catastrophe auquel adhèrent la plupart des journalistes. Alors même que son intrigue est nulle, ses effets spéciaux complètement ratés et qu’il cache la véritable entreprise de sous-traitance en faveur des riches à laquelle se livrent nos dirigeants, sous couvert de lutte sans merci contre le chômage.

Voici comment ça a fonctionné jusqu’à présent :

La Suite

Nouveau site web

Bienvenue sur le nouveau site internet de Frustration !

Vous trouverez sur ce site :

Actuellement, nous sommes 4 à travailler bénévolement pour Frustration. Tous salariés à plein temps, nous accueillerons à bras ouverts toute proposition d’aide à la diffusion, conception, écriture.

Enfin, nous fonctionnons sans publicité, sans sponsors ni subventions. Vos dons sont les bienvenus, pour maintenir l’impression et la vente de Frustration à un prix abordable. Merci !

La rédaction de Frustration

 

autorité_noir

Compte-rendu du n°1 de Frustration par le Monde Diplomatique

Nous avons eu notre première recension, par le Monde Diplomatique, journal mensuel (« le journal de référence de tous ceux qui veulent comprendre le monde — mais aussi le changer »), présentant des analyses détaillées et souvent très instructives.

Voici ce qu’ils disent de notre numéro 1 :

« Quiconque frissonne de bonheur au son des bavardages courtois évitera d’acheter cette revue qui explique pourquoi « quand ça va mal, n’accusons pas le voisin, accusons le riche », élabore un manuel du combattant de l’intérieur (des entreprises) et attaque au burin le vernis contestataire de l’extrême droite. »

photo diplo

Article à emporter : « Opposer la rage à l’indignation »

Extrait : « L’un des derniers remparts de l’élite contre sa propre remise en question, c’est alors le discours de pacification des rapports sociaux. C’est lui qui se trouve derrière tous ces insupportables glissements sémantiques. De «rapport de force salariés/patronat », on passe à « négociations entre partenaires sociaux », comme s’ils étaient à égalité. On ne parle plus de licenciements mais de « plans sociaux », tandis que la loi concoctée par le MEDEF et la CFDT pour flexibiliser le travail en France s’appelle « loi sur la sécurisation de l’emploi ». Puis, se multiplient les appels au calme, à la sérénité, aux débats dépassionnés et aux concertations en tous genre. » (Article issu du n°0 de Frustration, hiver 2013)

Télécharger l’article en PDF ici !

flyer

Depuis le n°0 : Opposer la rage à l’indignation

Contre la fausse paix qu’on nous vend

Ni la bêtise, ni l’ignorance des masses ne font tenir l’ordre de l’élite. Si ses membres parviennent à se faire une légitimité, à prouver qu’il y a de bonnes raisons qu’ils soient là, au pouvoir, ce discours tient rarement la route à la longue. Qu’est-ce qui le fait tenir alors, cet ordre ? L’appel au calme.

La Suite

Depuis le n°0 : Contre l’entreprise

« Qu’est-ce que vous attendez les jeunes ? Entreprenez, montez votre boîte ! »

C’est le discours écœurant à la mode. Les patrons et les politiciens le tiennent à lon­gueur de journée. Un bon jeune est un jeune entreprenant. Et de multiplier les portraits fleuris de fringants jeunes petits entre­preneurs en herbe. ‘‘Entreprendre’’ est la réponse à tout. Le chômeur, l’étudiant, le Français doit entreprendre. Alors on en­cense un ‘‘entrepreneur dynamique’’ par-ci, et on envoie par-là des intervenants pour apprendre aux élèves ‘‘l’esprit d’entreprise’’ à l’école. La dernière lubie en date ? Une ‘‘école entrepreneuriat’’ est appelée de ses vœux par une ministre du gouvernement.

La Suite