Sortie du n°3 de FRUSTRATION le 21 février 2015

FRUSTRATION N°3 est sortie !

Disponible en librairie à partir de demain (pour l’Île de France) et lundi (pour ailleurs) et sur internet à partir de demain !

Au programme de ce numéro 3 (52 pages, 4.70€) :

Un article sur “l’économie démocratique” : nous nous sommes essayés à notre tour à dire ce qui n’allait pas dans l’économie Française, comme l’avaient fait avant nous Jacques Attali et Louis Gallois, et notre diagnostic diffère sensiblement de celui de nos deux brillants technocrates : il semblerait, selon nos analyses, que ce qui plombe notre économie ait plus à voir avec le coût du capital qu’avec le coût du travail, et que nos grands chefs d’entreprise handicapent lourdement nos performances ! La solution ? L’économie démocratique.

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, nous vous avons préparé un article sur les impôts. Car depuis quelques années, les riches ont su rallier à leur causes de fraudeurs fiscaux planqués des gens qui n’ont rien à voir avec leur combat mais qui les rejoignent autour du mécontentement fiscal. On vous donne donc 5 bonnes raisons d’aimer payer les impôts, à condition toutefois qu’on change deux-trois choses dans la manière dont ils sont répartis. Oh, des broutilles, comme par exemple organiser une “terreur fiscale” contre les riches.

Les riches qui tentent, comme Bernard Arnault, de passer à la postérité en construisant de gros musées d’art contemporain avec la bénédiction des politiques et des journalistes ne seront pas laissés en paix avec notre article suivant, consacré à la fondation Louis Vuitton tout juste inaugurée.

Dans un autre registre, ce numéro abordera la question des inégalités entre hommes et femmes sous l’angle du virilisme. L’identité masculine dont Zemmour et ses amis déplorent la perte se porte bien, merci, et il est temps de la dénigrer avec la même force que lorsque les féministes ont attaqué les clichés de la féminité.

Enfin, nous parlerons d’une institution qui fait régulièrement l’objet de débats “sociétaux” ou “républicains”, l’école, et nous montrerons que son problème n’a rien à voir avec la perte du respect mais qu’elle est utilisée par la bourgeoisie à son bénéfice, engendrant d’énormes inégalités dont le peuple paye le prix. Il est grand temps de mettre fin à ce scandale d’Etat pour avoir une école réellement égalitaire.

Frustration va donc vous aider à passer l’hiver à la chaleur d’une critique enflammée et dans la perspective du rallumage de quelques bûchers.

 

On attend vos idées

C’est en l’an 0 après Jacques Séguéla que les choses se sont clarifiées. On se souvient de la Rolex à 50 ans, définition ultime du succès social à droite. Réussir c’est avoir de l’argent, beaucoup, une belle femme mannequin avec des actions par centaines et, si c’est possible, être le patron. Dans cette catégorie, Nicolas Sarkozy reste le président. Réussir, c’est plus que gagner sa vie, c’est vivre la gagne.

Mais, tonton Séguéla, toi qui conseillais le PS avant de finir à l’UMP, dis-nous comment c’est si on reste à gauche ? C’est très simple mes petits : quand à droite, être au top c’est « avoir un tableau de maître », à gauche, s’accomplir c’est « créer son propre tableau de maître ».

 La discrimination sociale de gauche met en effet un point d’honneur à faire le distinguo entre le petit-bourgeois « créateur » et le prolo « consommateur ». Le premier est actif, inventif, dynamique et jeune, le second passif, pas très intelligent, mou et tout rabougri. Le premier marque le monde de sa patte jusqu’à 3 h du matin pendant que l’autre mate la télévision sur son canapé en se couchant avec les poules.  

La Suite

POURQUOI IL FAUT DÉTESTER LES HUMANITAIRES

« Bonjour m’sieur’dame ! Vous avez perdu quelque chose ! … Oui, une minute de votre temps pour parler avec moi ! Non ? Oooh ». Vous avez déjà dû entendre ce genre de réplique alors que vous parcouriez la rue commerçante de votre ville. Des jeunes gens vêtus de couleurs vives, à l’attitude cool et au sourire colgate veulent vous expliquer « le travail de leur ONG » (organisation non gouvernementale). On connaît maintenant tous le procédé : vous les écoutez vous parler d’action humanitaire, puis, au moment de partir, il devient presque impoli de ne pas leur laisser son RIB. À la longue, vous les évitez. Et vous avez raison. Mais pourquoi vous sentir merdeux de le faire ? Il y a pourtant de bonnes raisons pour snober ou rembarrer les humanitaires sans aucun scrupule et surtout pour ne pas se laisser culpabiliser par ce discours qui n’est pas seulement tenu dans les rues, mais aussi partout dans les médias.

La Suite

Le numéro 3 de Frustration va sortir le 21 février en librairie et sur internet !!

Au programme, un article sur “l’économie démocratique” : nous nous sommes essayés à notre tour à dire ce qui n’allait pas dans l’économie Française, comme l’avaient fait avant nous Jacques Attali et Louis Gallois, et notre diagnostic diffère sensiblement de celui de nos deux brillants technocrates : il semblerait, selon nos analyses, que ce qui plombe notre économie ait plus à voir avec le coût du capital qu’avec le coût du travail, et que nos grands chefs d’entreprise handicapent lourdement nos performances ! La solution ? L’économie démocratique.

Ensuite, nous vous avons préparé un article sur les impôts. Car depuis quelques années, les riches ont su rallier à leur cause de fraudeurs fiscaux des gens qui n’ont rien à voir avec leur combat mais qui les rejoignent autour du mécontentement fiscal. On vous donne donc 5 bonnes raisons d’aimer payer les impôts, à condition toutefois qu’on change deux-trois choses dans la manière dont ils sont répartis. Oh, des broutilles, comme par exemple organiser une “terreur fiscale” contre les riches.

Les riches qui tentent, comme Bernard Arnault, de passer à la postérité en construisant de gros musées d’art contemporain avec la bénédiction des politiques et des journalistes ne seront pas laissés en paix avec notre article suivant, consacré à la fondation Louis Vuitton tout juste inaugurée.

Dans un autre registre, ce numéro abordera la question des inégalités entre hommes et femmes sous l’angle du virilisme. L’identité masculine dont Zemmour et ses amis déplorent la perte se porte bien, merci, et il est temps de la dénigrer avec la même force que lorsque les féministes ont attaqué les clichés de la féminité.

Enfin, nous parlerons d’une institution qui fait régulièrement l’objet de débats “sociétaux” ou “républicains”, l’école, et nous montrerons que son problème n’a rien à voir avec la perte du respect mais qu’elle est utilisée par la bourgeoisie à son bénéfice, engendrant d’énormes inégalités dont le peuple paye le prix. Il est grand temps de mettre fin à ce scandale d’État pour avoir une école réellement égalitaire.

Frustration va donc vous aider à passer l’hiver à la chaleur d’une critique enflammée et dans la perspective du rallumage de quelques bûchers.

Communiqué de la rédaction

Comme tout le monde, la rédaction de Frustration est sous le choc après les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015. Nous avons une pensée pour les nombreuses victimes, membres de la rédaction de Charlie hebdo, personnels du journal, policiers, clients de la supérette kasher.

Pour autant nous ne nous laisserons pas imposer une grille de lecture de “choc des civilisations”. Nous refusons de voir le monde à travers ce prisme, même après ce qui est arrivé ces derniers jours.

 

Vivent les grèves de taxis !

Lundi 15 décembre, les taxis parisiens ont menacé de bloquer la capitale. Il leur a été réservé le châtiment habituel pour ceux qui empêchent la région Île-de-France, centre économique du pays, de tourner à plein régime : des matinales radios piaffant de rage, des chaînes d’infos les insultant en continu. Journalistes et auditeurs en colère se sont empressés de cracher sur le corporatisme des taxis, leur manque d’ouverture d’esprit, leurs « crispations » face à ce qui leur est tombé dessus.

La Suite