En chaque grand bourgeois qui flippe sommeille un petit fasciste assoiffé de répression

“On ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin à ces violences. C’est insupportable. Écoutez, franchement. Quand on voit des types qui tabassent à coups de pieds un malheureux policier qui est par terre, mais enfin ! Voilà, qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois voilà, ça suffit ! A un moment, ces nervis, ces salopards d’extrême droite ou d’extrême gauche ou des quartiers qui viennent taper du policier, ça suffit ! (…) on a, je crois, la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ses saloperies, faut dire les choses comme elles sont

C’est le très respectable Luc Ferry, sur la très respectable Radio Classique, qui a lancé cet appel au meurtre, sans susciter de réactions effarouchées de notre très respectable “élite”. C’était hier, entre des concertos et des opéras, et depuis personne ne l’a appelé à s’excuser, ne lui a demandé s’il “cautionnait la violence”, et personne ne lui dira qu’il est “hors du champ républicain”. 

Luc Ferry, pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas, est un bon bourgeois, agrégé de philosophie, ex-ministre, passionné de belles voitures. Avec ses cheveux de riches, il donne son opinion dans le Figaro, et montre ces derniers temps des grands signes de nervosité, comme tous ses semblables. Le 26 décembre, il publiait une tribune virulente, sobrement intitulée “contre le Référendum d’Initiative Citoyenne, pour l’élitisme”. Très en colère, il y déclarait : “le dénigrement actuel des experts et la critique de l’élitisme sont la pire calamité du temps présent”. La pire calamité, vous entendez ? Pas le réchauffement climatique, pas la faim dans le monde, pas le Sida mais bien “le dénigrement des experts”.

Ce monsieur et les gens comme lui ont eu un empire sur nos vies, à peine contesté en trente ans. Ferry fait partie de ces idéologues qui ont contribué, dans les années 80, à dénigrer et ringardiser toute la pensée critique liée au mouvement ouvrier, et à nous faire croire que nous entrions dans un monde nouveau, radieux, où tout le monde avait sa chance et où les révolutions seraient inutiles puisque le monde entier basculait dans une sage et prospère “démocratie libérale”.

Forcément, les événements lui donnent complètement tort, comme à tous les “penseurs” et autres éditocrates de sa génération. Il y a certes de quoi être vexé. Mais ce n’est pas tout : il est inquiet. Son monde s’effondre. Les bagnoles de luxe brûlées début décembre dans les beaux quartiers de Paris, ça aurait pu être les siennes ! Pour la première fois sans doute de leur vie d’oligarque, les gens comme Luc Ferry ont peur pour leur train de vie, leurs biens, leurs actions et leur petit prestige.

Nos riches sont blessés par notre mouvement populaire de colère et de remise en cause de leurs privilèges. Traqués, ils deviennent très dangereux. Les précédents historiques peuvent nous les faire craindre et éclairer les propos que ce cher homme a tenu hier : en Europe, la dernière fois que l’oligarchie a eu très peur du peuple en colère, elle s’est tourné vers les partis fascistes pour lui sauver la mise, puis elle a massivement collaborée. “Plutôt Hitler que le Front Populaire”, et plutôt Bolsonaro que Haddad au Brésil récemment : 71% des citoyens aisés ont voté pour le premier,  59% des pauvres pour le second.

Luc Ferry, “philosophe”, n’est doux, modéré et républicain que par temps calme, quand les masses populaires se taisent et se crèvent au travail en espérant qu’il paiera un jour, et écoutent sagement les sermons des télévangélistes du libéralisme heureux. Mais quand les journalistes sont chassés, les experts et les philosophes bourgeois haïs et que les foules continuent de s’agiter, Luc Ferry montre les dents. Ses beaux principes “humanistes” sont, comme ceux de tous les grands bourgeois, subordonnés à l’état de son portefeuille et de son pouvoir. Ces belles âmes ne reculeront devant aucun pacte avec le diable pour nous garder sous leurs bottes. Faisons-les vite trébucher, car le temps nous est compté.

Le 8ème, là où tout ruisselle.

Depuis samedi 1er décembre au soir, les chaînes de télévision tentent de nous affliger des images de “chaos” et de “destructions” qui tournent sur nos écrans, là où habituellement règne le calme, l’opulence et la discrétion d’une grande bourgeoisie toujours au chaud et en sécurité – les manifestations syndicales se déroulant habituellement entre Bastille et Nation, c’est-à-dire à l’opposé de leur doux 8e arrondissement.

Le 8e arrondissement a été dès le début conçu pour assurer aux puissants qui règnent sur ce pays calme et sérénité : pendant l’ancien régime, la noblesse y disposait de ses terrains de chasse et de quelques hôtels particuliers loin de l’agitation et des émeutes. Mais c’est notre grande bourgeoisie, qui émerge au 19e siècle, qui en a fait ce que cet arrondissement est maintenant : le lieu de pouvoir par excellence. A partir de 1860, les grandes rénovations entreprises par le baron Haussmann font du 8e le principal lieu de spéculation et là où s’édifient tous les symboles de la puissance capitaliste : sièges de banques, hôtels de luxe, et tous ces immeubles dits “haussmanien” qui symbolisent la division en classes sociales : tout en haut les domestiques, en bas les gardiens, au milieu les bourgeois avec leurs grands appartements aux grandes fenêtres.

Le 8e est, depuis le 19e siècle, le lieu où toutes les richesses convergent : ça ruisselle fort rue du Faubourg St Honoré, place de la Concorde, avenue des Champs-Elysées… On y trouve des lieux de pouvoirs éminents : le pouvoir politique y a son Palais de l’Elysée et les ambassades des Etats-Unis et du Royaume-Uni. Le pouvoir financier y a le siège d’Axa, mais aussi les clubs mondains comme l’Union Interalliée ou le Club du siècle : toute l’élite s’y retrouve, à l’abris des regards et sûre de son bon droit, pour mener sa vie emprunte de conflits d’intérêts. On y trouve 4 des 7 palaces parisiens et le plus de restaurants étoilés : c’est sans doute parce qu’il passe trop de temps dans le 8e que le ministre Darmanin pense que pour moins de 100€ impossible se faire une bouffe à Paris.

Que l’on se rassure : celles et ceux qui ont vu leurs voitures brûler dans les avenues du 8e sont à l’abri du besoin. Arrondissement le moins densément peuplé de Paris, le 8e ne compte que 1.6% de logements sociaux. Le revenu fiscal médian (la moitié gagne plus, la moitié gagne moins) est de plus de 51 979€, contre 20 150€ pour le reste du pays. 30% des revenus des habitants du 8e sont issus du patrimoine immobilier ou financier (via ce lien vous pouvez vous amuser à comparer les revenus du 8e avec celui de votre commune : attention les yeux).

Les habitants du 8e ont une conscience de classe, ils savent ce qu’ils font. Au premier tour des présidentielles ils ont voté à 50% Fillon, l’homme qui assumait vouloir détruire votre sécurité sociale, et 30% pour Macron, l’homme qui n’assume pas mais le fait quand même.

Ne pleurez pas pour le 8e. Cela fait plus de deux siècles que ses habitants sont la cause de vos larmes.

La dignité retrouvée

 

Des décennies qu’ils détricotent ce que nos anciens ont conquis pour nous. Sécurité sociale, système de santé, assurance-chômage : tout doit disparaître.

Des années qu’ils transfèrent le fruit de notre travail vers leurs profits. Jamais les salaires n’ont aussi peu augmenté depuis dix ans alors que jamais les actionnaires ne se sont aussi enrichis.

Des mois qu’ils soutiennent des lois qui nous oppriment, nous asservissent, et en toute impunité : le secret des affaires pour protéger leurs magouilles, les ordonnances travail pour nous virer sans rendre de compte, la vente à la découpe de nos entreprises publiques, la privatisation de la SNCF…. Leurs dégâts sont considérables et ils ne comptaient pas s’arrêter là.

Des semaines qu’ils nous insultent, qu’ils traitent leurs concitoyens de “beaufs”, d’illettrées, d’abrutis qui refusent d’accepter le cours de leur Histoire et de leur Raison capitaliste. Ils sont allés jusqu’à nous traiter de pollueurs et d’anti-écologistes quand ce sont leurs entreprises, leur productivisme et leurs vols long courriers qui détruisent notre environnement.

Des jours que le président qu’ils nous ont imposé, par soutien financier et médiatique massif puis chantage au FN, reste “droit dans ses bottes” et méprise la colère, se croyant intouchable.

Mais cette fois-ci, aucun Benalla n’a réussi à protéger leurs beaux quartiers : la rue Kleber, l’Avenue Foch, la rue de Rivoli, ces avenues chères du Monopoly, brûlent ! Leurs bagnoles de luxe crâment ! Les bourgeois se terrent dans leurs hôtels particuliers, ils flippent de voir cette foule jaune sans service d’ordre pour les canaliser, sans représentant pour les trahir, sans parti politique pour les faire taire !

Aujourd’hui est le premier jour de la vengeance des classes moyennes et populaires, contre la grande bourgeoisie et la guerre de classes qu’elle mène contre elles depuis des décennies.

Qu’on se le dise, même si les dégâts sont considérables et cinématographiques, ils ne sont rien comparés à ce que les grands bourgeois et leurs partis ont fait à la vie des ouvriers, au dos des employés, au psychisme des cadres, à la faim des sans abris et à l’angoisse des retraités.

Ces violences matérielles ne sont RIEN comparé au mal que les habitants de l’avenue Kleber – ces banquiers, actionnaires, politiciens, PDG – font tous les jours au reste de l’humanité ! Mais elles marquent un jour où les Français renouent avec leur dignité.

Au Brésil comme ailleurs, les riches tournent bruns

Les lendemains de victoire du fascisme, toute “l’intelligentsia” française dégaine sa grille de lecture toute prête, sorte de texte à trous à remplir les lendemains de second tour depuis 2002. Aux envolés lyriques succèdent les analyses politiques à l’emporte-pièce de gens “qui connaissent bien le Brésil” (journalistes, universitaires, politiques : on se doute de quel Brésil vous connaissez) et balancent leur petite explication : les brésiliens “déçus de la gauche” (la gauche, toujours coupable de la montée du fascisme) mais surtout “le désespoir”, “l’inculture”, “la pauvreté endémique”…. Sauf que ça ne marche pas.

Brazilian Institute of Public Opinion and Statistics (IBOPE) – graphique réalisé par Mathieu Gallard

La sociologie du vote pour le candidat de l’extrême-droite montre que les riches et les classes supérieures sont ses premiers supporters. C’est aussi le cas des diplômés. Les pauvres, à qui l’on prête tous les “égarements” de l’Histoire, votent pour les candidats qui leur veulent du bien.

“Antisystème”, va dire hier “le Figaro” au sujet de Jair Bolsonaro. Quel système ? Le “système bien pensant du lobby gay et des féministes” que les fachos fantasment ? Certainement. Mais pas le système capitaliste. Les bourses sont en hausse, les financiers fêtent la victoire du candidat brun.

“Plutôt Hitler que le Front populaire” : comme durant “nos heures les plus sombres”, on se garde bien de dire que le patronat est un fervent du soutien de tous les fascismes quand il est en crise et menacé par des nationalisations. La guerre, la terreur, la division du peuple : tout ça peut rapporter gros. Le patronat Français pendant l’occupation, le patronat Allemand juste avant, ne s’y étaient pas trompés.

En revanche on se trompe en pensant que l’aisance et les diplômes préservent du vote brun : au contraire, quand on a tout volé, on ne veut rien partager. Et on est prêt à tout pour écarter celles et ceux qui veulent nous le reprendre.

En France, toute l’élite macroniste est mieux disposée à l’égard du Rassemblement National que de la France Insoumise et ses satellites : Elle est prête à risquer une deuxième confrontation avec le clan Lepen car elle sait que c’est le seul moyen de maintenir au pouvoir les candidats de son système. Le risque fasciste, les riches s’en foutent. Ils n’en payent jamais le prix, ils en cueillent les fruits.

Les riches nous tuent

Il y a un peu plus de trente ans paraissait « le livre noir du communisme », un ouvrage écrit par un collectif universitaire pour dresser un bilan macabre des régimes au pouvoir en URSS, en Europe de l’Est ou en Chine. Il estimait les victimes du « communisme » à 100 millions, démontrant ainsi qu’une idéologie pouvait tuer – qu’importe si Staline ou Mao n’avaient pas retenu grand-chose de la doctrine originelle – et qu’on pouvait donc se réjouir de vivre dans le monde radieux du capitalisme « pragmatique et réaliste » triomphant.

Trente ans plus tard, les étés caniculaires s’enchaînent et démontrent la blessure que notre économie a infligé à la planète, l’espérance de vie dans les pays les plus riches a pour la première fois baissé, et la victoire sur les méchants « communistes » n’a pas apporté la paix.

Et dans le désenchantement général, les riches n’ont jamais été aussi riches. Ils se portent mieux que jamais ! Et puisque l’appétit vient en mangeant, les entreprises à partir desquelles dégoulinent leurs profits sont toujours plus voraces et désireuses qu’on leur lâche la bride. Moins de droit du travail, moins de contraintes environnementales, plus de libre-échange.

Et nous en crevons. Nous en crevons d’abord parce que notre planète en crève. Les gouvernements et les entreprises ont réussi à faire de l’écologie une morale gentillette et culpabilisante pour nous, écartant la remise en cause d’une économie mondiale qui réclame croissance du trafic aérien et épandage de pesticides.

Le développement d’un environnement de plus en plus malsain s’est accompagné de la dégradation volontaire et méthodique de nos systèmes de santé. Tandis que les protections sociales sont démantelées à petit feu, les riches se sont emparés de la gestion de notre santé, devenue un marché des plus rentables : la montée en puissance de leurs groupes pharmaceutiques est la marque la plus éclatante du pouvoir de nuisance des riches. Depuis 1999 aux États-Unis, la commercialisation massive et matraquée d’antalgiques surpuissants et suraddictifs a entraîné la mort directe de 200 000 personnes.

Ce bilan macabre n’est pas isolé : partout où un service public – la santé, le logement, les infrastructures – est confié à la rapacité d’un groupe capitaliste « en pleine expansion », la mort plane. En juin 2017, la tour de Grenfell, un immeuble de logements sociaux à Londres, brûlait en un temps record, emportant 79 vies. En cause, la pingrerie des gestionnaires privés et des entreprises de construction, ayant ravalé la façade avec des matériaux inflammables. En août dernier, c’est un pont autoroutier italien qui précipitait dans le vide et tuait 39 personnes à cause de l’incurie de la société privée qui en avait la charge.

Et que dire de la production marchande, où sont broyées des milliers de vies pour faire baisser indéfiniment le coût de production des t-shirt et des maillots de foot ? En avril 2013, une usine-atelier de confection de vêtements pour des grandes marques européennes s’effondraient dans la banlieue de Dacca au Bangladesh, entraînant la mort de 1 135 femmes et hommes.

À quand le livre noir du capitalisme mondialisé ? À quand le procès des riches qui alimentent et perfectionnent sans cesse ce système profondément meurtrier ? Car on aura beau consommer équitable, acheter bio, fermer le robinet, prendre le vélo, faire du mieux qu’on peut pour sauver ce qu’il reste, on le sait désormais avec certitude : on ne se sauvera pas nous tant qu’on ne les condamnera pas eux.

 

Ce texte est l’édito du numéro 15 de Frustration, en kiosque depuis le 21 septembre

Pour vous abonner et recevoir ce numéro, c’est ici !

 

Polluer plus pour gagner plus : Ce n’est pas à vous de culpabiliser sur l’état de la planète, c’est aux riches !

Plus on est riche, plus on pollue. C’est ce que l’ONG britannique Oxfam a démontré dans un rapport intitulé « Inégalités extrêmes et émissions de CO2 » en 2015. Pourtant, à l’heure où le gratin international multiplie les déclarations de bonnes intentions environnementales et les confessions larmoyantes, les gouvernements occidentaux, à commencer par le gouvernement français, s’entêtent à répéter qu’il est question de prise de conscience individuelle. Et tant que l’on continue de dénoncer la paille dans l’œil du voisin, on ne regarde pas la poutre dans le sien. Habile. Mais les « petits gestes pour la planète » ne suffiront pas. C’est le pouvoir des très riches qu’il faut réduire. Et la neutralisation de leur pouvoir de nuire commence par comprendre comment ils nous enfoncent dans la crise écologique. Décryptage.

La Suite

La planète brûle, des gens meurent, mais les riches le sont suffisamment pour pouvoir s’en foutre

Toutes les études de psychologie sociale, toutes les enquêtes sur les dons aux associations le montrent : les riches sont des énormes égoïstes. Ils se foutent de façon croissante du monde qui les entoure, car ils sont de plus en plus riches et que leur vie s’est autonomisée du reste de la société. Ils ont leur propre système de santé, de retraite – le gouvernement envisage d’ailleurs, dans sa future réforme de sortir les riches du système par répartition – leur propre système éducatif. S’ils ne rechignent pas à être subventionnés par la société – en France, les établissements privées sont largement financés par l’Etat, les entreprises privées le sont aussi sous forme de crédit d’impôts et d’exonérations en continu – l’idée de contribuer à la solidarité nationale les révulsent.
 
Le gouvernement a su entendre l’expression de leur dégoût puisqu’il les a exonéré de l’Impôt sur la Fortune (ISF). Ils justifient leur égoïsme en se victimisant, en racontant qu”“En France, on n’aime pas les gens qui réussissent”, alors que ce que la plupart d’entre eux ont réussi c’est être des riches fils de riches pères. Ils racontent qu’il y a une “haine des riches” dans ce pays alors que c’est la haine du pauvre, du migrant et du chômeur qui règne et qui est organisée par toutes les administrations qui les fliquent et les brutalisent, tandis qu’elles déroulent aux riches le tapis rouge sans la moindre contrepartie exigée.
 
Bien entendu, les gouvernements successifs nous racontent qu’à force de brosser les riches dans le sens du poil nous recueillerons les fruits de leur pouvoir. Leurs investissements, leurs dons, leurs multiples bienfaits viendront tous nous combler.
 
Foutaises : au moment même où l’ISF a été supprimé, on a assisté à une baisse de 50% des dons en moyenne sur l’ensemble des associations ou fondations collectrices : ces dons qui permettaient une déduction immédiate sur l’ISF n’a désormais plus d’intérêt.
 
Les actionnaires se sont gavés d’autant plus que leurs placements étaient exonérés d’impôts et réduits par la “flat tax” tandis que les grands patrons peuvent se réjouir et licencier et précariser plus facilement. Et que s’est-il passé ? Rien. Parce que les courbettes de nos gouvernants rendent le peuple encore plus méprisable qu’il ne l’était déjà aux yeux des riches, ils nous snobent encore davantage.
 
La Société nationale de sauvetage en mer a besoin de dons pour financer la réparation d’un de ses canots ? Qu’est-ce que vous voulez que les propriétaires de yachts en aient à faire ? Tout leur est dû dans ce monde, et ils possèdent tout. La notion même de service public leur est devenue inconnue. L’avenir de la planète ? Ils s’en balancent, suffisamment riches qu’ils sont pour avoir toujours un havre de paix et de fraîcheur où se rendre. Vous croyez que les riches parisiens ou les riches lyonnais sont restés en ville pendant que vous creviez de chaud dans vos appartements chers et exiguës (dont ils perçoivent certainement le loyer) ? Non, ils ont fuit la canicule dans quelque maison de campagne, à l’air de la montagne ou face aux embruns.
 
La bienveillance et la solidarité, ils ne savent tout simplement plus ce que cela signifie. Ils méprisent ces valeurs qu’ils jugent d’un autre temps pour se rassurer et se complaire dans leur cynisme.
 
Il n’y a qu’un peuple en furie et un gouvernement expropriateur qui sauront leur rappeler leur commune appartenance à une humanité qu’ils détruisent.

Bonne année de colère unificatrice

Bonne année à toutes nos lectrices et tous nos lecteurs fidèles ainsi qu’à celles et ceux qui nous suivent sur ce site !

Ce que l’on sait de l’année à venir c’est que le gouvernement va continuer à nous faire tous nous faire nous sentir de trop : trop coûteux pour les entreprises, trop difficiles à indemniser pour notre “modèle social à rénover”, trop compliqué à soigner, impossible à tous héberger ou accueillir.

Face à ça, on peut se souhaiter une année de citoyenneté offensive et décomplexée : nous avons des droits et personne ne nous fait l’aumône quand nous touchons le chômage où quand nous utilisons notre carte vitale. Nous cotisons, nous payons des impôts, ce modèle social a été mis en place par le peuple résistant de la Libération, et s’il va mal c’est parce qu’il est géré depuis trente ans par des bourgeois qui rêvent de sa disparition et l’objectif le plus rationnel reste toujours de leur en reprendre les rênes avant que ces gens insensibles ne détruisent tout.

Ne nous excusons pas de vouloir vivre bien, de ne pas travailler trop, de n’avoir rien à “créer” ou aucun “projet à monter”. Cette année, ne marchons pas selon les leçons et les aspirations de gens qui sont nés avec du capital à investir.

On peut se souhaiter une année de colère unificatrice, de solidarité face à toutes les tentatives de division des gens face aux riches. Face à ceux qui inventent des fortunes que toucheraient les migrants quand ils arrivent chez nous et qui ne s’intéressent guère au fait que Muriel Pénicaud ne va payer aucun ISF en 2018 grâce à la réforme qu’elle a elle-même soutenu. On n’est jamais mieux servi que par soi-même et c’est 60 000€ que la ministre va économiser.

60 000€ ! Et les centaines de milliers de nos patrons, les millions de nos financiers, les milliards des gens les plus riches du monde qui gagnent autant à 10 que la moitié de l’humanité.

Cette année encore il y aura des tempêtes, des canicules et des inondations : souhaitons que nous nous ne culpabilisions plus pour nos “petits gestes du quotidiens” que nous aurions fait ou pas fait, et que nous regardions du coté des géants de l’agriculture productiviste et de la classe dirigeante qui pollue allègrement, en toute décomplexion, tout en s’affichant régulièrement à des sommets mondiaux où la lutte contre le réchauffement climatique se porte comme le dernier bijou à la mode dans le gotha.

Bref, une année de plus où, comme nous le disions dans notre premier numéro lancé il y a trois ans, plutôt que de haïr le voisin, mépriser le pauvre, lyncher le migrant, il nous faudra détester le riche.

Pénicaud, ministre à responsabilité limitée

Le 17 mai 2017, la petite foule des fonctionnaires du ministère du Travail, rue de Grenelle, est réunie dans la cour de l’hôtel du Châtelet pour assister à la passation entre la ministre sortante Myriam El Khomri et la nouvelle entrante Muriel Pénicaud. El Khomri a déjà derrière elle une loi controversée qui a fait descendre dans la rue des centaines de milliers de personnes et c’est avec un certain soulagement qu’elle constate que « les Français se sont donnés pour président de la République le seul candidat qui ne proposait pas son abrogation ». Et de lancer, comme une pique, à celle qui lui succède : « Pire, j’ai compris, chère Muriel, que votre feuille de route allait vous conduire à approfondir ce sillon de la négociation collective dans l’entreprise. » Un silence et puis : « Je vous souhaite bon courage ! ». Cette dernière exclamation n’a pas manqué de faire parcourir dans l’assemblée un petit rire cynique. Quoi qu’il en soit, cette anecdote est révélatrice du climat de tension sociale qui règne entre des ministres soucieux de donner leur nom à des réformes, tout en fragilisant des conquêtes sociales ainsi que la stabilité de vie des classes les plus populaires et des travailleurs, considérés comme enclins à l’immobilisme alors qu’ils ne font que défendre ce qui leur apparaît comme relevant de leur droit, fruit d’une longue histoire de luttes sociales.

La Suite

Pourquoi il faut détester les riches

Il y a une « haine des riches en France ». C’est ce que disent les éditorialistes environ tous les six mois. Espérons qu’ils aient raison ! C’est tellement plus efficace que la haine de l’immigré ou la haine de « l’assisté » ! Peut-être que votre égal ou votre inférieur vous bouscule dans le métro ou vous a grillé la priorité à droite, mais c’est le riche qui détourne vos impôts, ferme vos industries et détruit peu à peu votre modèle social. Malheureusement, non content de dicter nos politiques, ils possèdent un monde médiatique qui favorise en nous le dégoût du semblable plutôt que la haine du puissant. De nombreux intermédiaires, notables et autres amoureux de l’ordre établi, soumis et admiratifs, nous incitent à les encenser. Le riche a pourtant mille fois plus de pouvoir sur l’intégralité de votre vie que n’importe quel autre pékin moyen qui peut, à la limite, vous la pourrir pendant quelques heures. Voici pourquoi il est temps de rétablir à sa juste valeur un sentiment des plus respectables : détester les riches.

La Suite

Le nouveau numéro de Frustration est sorti ! Pour vous le procurer, abonnez-vous ou commandez-le en ligne via la boutique du site ! Ignorer