Sortie du n°6 de Frustration : Pour qui travaille la classe politique ?

couv6

“Pour qui travaille la classe politique ?” – Voici le titre de notre numéro 6. Nous l’avons choisi car comme beaucoup nous avons été secoués par l’attitude de nos politiques suite aux attentats de novembre 2015. Malgré la gravité des événements, notre gouvernement a continué à faire comme avant. Pire, ils ont su appliquer une stratégie du choc pour donner toujours plus de pouvoirs à la police et enfermer le débat sur la question de la déchéance de nationalité. On sait d’avance que tout cela ne sera d’aucune utilité dans la lutte contre le terrorisme, mais grâce à cet enfumage ils peuvent poursuivre tranquillement une politique économique qui vise la réduction des droits sociaux et un transfert toujours plus massif des richesses vers le haut de la société.

Qui sont ces gens qui tirent profit de nos morts et qui cherchent la bonne combinaison pour se faire réélire et s’enrichir ? Il ne s’agit pas une secte obscure qui se réunit dans le plus grand secret, mais un ensemble de grands patrons, de hauts fonctionnaires, d’experts médiatiques et de politiques travaillant ensemble à s’enrichir et utilisant leurs relations pour leurs intérêts. Bref, ce sont des grands bourgeois, une clique vieille comme le capitalisme, qui ne sert qu’elle-même.

Pour ce nouveau numéro, nous inaugurons deux nouvelles rubriques :

  • Une rubrique “Enquête” dans laquelle un contributeur, fonctionnaire dans un ministère, nous raconte ce qu’il a trouvé de suspect dans les grands déménagements d’administrations en proche banlieue, en termes de vente de biens publics et de reconstruction en partenariat public-privé.
  • Une rubrique “Biographie” où nous nous penchons sur le destin exceptionnel d’un homme, Jean-Charles Naouri, l’actuel PDG du groupe Casino qui a su passer lestement de la haute fonction publique au secteur privé, contribuant à dessiner les nouvelles règles d’un monde favorable à ses intêrets et à ceux de son entourage.

Suite aux attaques de novembre dernier, nous nous demandons pourquoi la sécurité ne serait que prétexte à plus de répression et de mesurettes politiciennes ? Il y a d’autres moyens pour se protéger de nouvelles attaques, comme ne plus confier la décision de la guerre à nos élites, et de rétablir une garde nationale où les citoyens pourraient s’impliquer collectivement dans la gestion des crises comme celles que nous connaissons actuellement.

Enfin, puisque les élections approchent et qu’on nous bassine encore avec des primaires à gauche et le vote utile, nous avons écrit un article sur le Parti socialiste, ce parti conçu pour nous trahir, dont les dirigeants ont toujours fait exactement le contraire de ce qu’ils prétendent incarner : détruire les conquêtes sociales et libéraliser l’économie, au plus grand bénéfice des puissants qui soutiennent ce parti prétendument du côté du peuple.
Nous sommes cinq bénévoles à écrire, éditer et diffuser Frustration. Nos numéros font l’objet depuis le premier d’une recension de la part du Monde Diplomatique. Nous nous diffusons en librairie, par vente en ligne au format papier et electronique, et par abonnement.

Frustration est une revue papier de 48 pages, qui coûte 4€70.

Vous pouvez la trouver près de chez vous en librairie, ou bien la commander par internet, ou encore acheter la version électronique via le kiosque numérique Scopalto.

Vous pouvez aussi vous abonner, pour recevoir les numéros chez vous et nous soutenir.