A la traîne d’une tendance qui a débuté il y a quelques années, l’indétrônable JT de France 2 s’y est mis aussi : une nouvelle rubrique “faux et usage de faux” viendra éclairer les foyers français, leur “apprendre à lutter contre les fausses infos qui se multiplient avec les réseaux sociaux etc”. Anne-Sophie Lapix et son journaliste Expert de la Vérité en sont convaincu, comme toute la profession : les fausses infos, c’est terrible, et ça ne cesse de croître “avec les réseaux sociaux”. Car on le sait bien, avant internet, avant le téléphone, avant l’école obligatoire, les Infos que les gens se donnaient étaient ultra fiables. On ne cramait pas des prétendues sorcières sur des simples rumeurs, on ne massacrait pas des gens pour des histoires de religion (dans le genre “fake news” l’Eglise catholique a fait beaucoup, et pourtant il n’y avait pas Facebook!).

Bref, c’est très très important et toutes les rédactions s’y sont mises. Les premiers adeptes ont été les journalistes du “Désintox” du Monde, des Gardiens de la Vérité qui ont même fait une petite liste de bonne mœurs, de “Décodex” qui détecte les médias Idéologiques et Biaisés, où l’on apprend par exemple que le Figaro est plus neutre que Fakir. Libération aussi, avec son “Check news”, qui pose des questions du genre “un manifestant a-t-il vraiment été éborgné par la police samedi dernier ?!” – comme si c’était incroyable.

Alors pourquoi cet engouement soudain des journalistes pour la lutte contre les Fausses Infos™ puisque le mensonge et les rumeurs ne datent pas d’hier ? Parce qu’il n’aura échappé à personne que la profession souffre d’un terrible discrédit, qui a sans doute à voir avec le rachat de la quasi intégralité des médias privés par des grands patrons qui s’en foutent totalement de la vérité ou de la fiabilité, le patron de Free (qui possède le Monde, notamment) ayant carrément admis “Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix”. Ou encore de la façon dont tous les éditorialistes ont pris fait et cause pour l’actuel Président de la République, au premier comme au second tour ? Ou bien parce que le premier réflexe de ces gens bourgeois et parisiens face aux débuts des gilets jaunes a été le mépris de classe le plus décomplexé ?

Du coup, pour montrer que l’on sert à autre chose que cirer les bottes de l’ordre établi et prôner des “réformes” néolibérales, se mettre du coté de la Vérité contre le Mensonge constitue une sorte de retour au source pour redorer le blason d’une profession détestée.

Et ça marche ? Pas du tout. Car n’importe quel téléspectateur du JT de 2 se sent bizarre après les quelques lourdes minutes de cette nouvelle leçon de choses : on nous y a raconté hier soir que Noooon, des grenades lacrymogènes n’ont pas été tiré depuis un hélicoptère pendant une manifestation gilets jaunes à Toulouse, mais qu’elles ont été tiré de si loin – “en cloche” – que ça y ressemblait, et que Noooon Gérard Jugnot n’est pas mort. Alors pour Gérard Jugnot, on peut déjà émettre l’idée qu’on n’a pas besoin d’un journaliste pour ça et que pour savoir si quelqu’un est mort, il suffit de lui demander. Ensuite, pour le “désintox” de l’hélico lanceur de grenades, on a envie de dire : Et alors ?! Est-ce plus rassurant de savoir que le bouquet de grenades a été tiré “en cloche” depuis l’autre bout de la place du Capitale, et donc complètement aveuglément (les CRS ne disposant pas d’un système de guidage laser élaboré) et de façon arbitraire ?

Ce n’est pas parce que le journaliste nous donne la Vérité Vraie qu’il n’y a pas de biais dans son analyse et que sa petite rubrique est “neutre”. Car c’est lui qui choisit les questions. Et comme d’habitude, dans les “Désintox” et autre “Vrai du Faux”, c’est toujours au petit peuple qu’on dit “Nooon ce n’est pas la Vérité Vraie”. Derrière cette idée que dans le fond les gens sont débiles et influençables – “surtout à l’heure des réseaux sociaux”- , il y a aussi l’idée que nos élites, elles, disent souvent le Vrai. Et donc on a extrêmement rarement des réponses du genre “Nooooon, le CICE n’a pas crée des tas d’emploi”, ou des questions du genre “Est-il vrai la justice est indépendante ?”

Si chaque média doit créer sa rubrique anti “fake news”, c’est donc d’abord, égoïstement, pour redorer son blason, montrer qu’il recherche vraiment la vérité vraie – c’était pourtant déjà sensée être le cas, mais bon. Ensuite, il s’agit pour les journalistes de chercher à se rendre indispensable en nous rappelant quotidiennement que nous, les gens, le peuple, les-usagers-des-réseaux-sociaux, nous sommes cons et influençables. Et que par conséquent nous avons énormément besoin du JT de France 2, de Libé et du Monde. Enfin, il s’agit rappeler au passage que même si on déteste Macron et qu’on a envie d’envoyer Nathalie Saint-Cricq dans une rizière – payée au SMIC, il nous faut garder à l’esprit que la belle démocratie qu’on veut est drôlement risquée vue comme la moindre vidéo youtube peut buzzer même si elle dit le Faux. Vous voulez vraiment faire un référendum d’initiative populaire après le nombre de Fake News que le Monde et France 2 ont débusqué pour vous ?!