Pour fêter l’arrivée de Danone au ministère de l’écologie, Macron intimide et fiche en masse les membres du premier parti d’opposition

Emmanuelle Wargon devient secrétaire d’Etat à l’écologie. Cette écologie macroniste qui “va dans le bon sens”, nous disait ce matin à la radio un deputé playmobil d’un air guilleret. L’ancien job de cette dame ? Oh eh bien lobbyiste en chef pour Danone. Tout simplement. L’agroalimentaire faisant parti des secteurs les plus polluants, il est tout naturel que l’oligarchie y envoie un représentant au ministère de l’écologie, au cas où Macron nous emmènerait trop vite dans la transition écologique. Dans cette grande mafia qu’est la macronie, on ne laisse aucun riche de côté.

Pendant qu’on avance dans la lutte contre le climat, on progresse aussi sur le front de la lutte contre “tous les populismes”‘ (LREM représentant la Raison et la Science). La France Insoumise, son président, ses collaborateurs et son siège, ont été perquisitionnés à 7h du matin par des dizaines de flics (ou de collaborateurs de l’Elysée ? Avec le Nouveau Monde on ne sait plus trop). Lesquels ont agit sur ordre d’un procureur (Réputés pour leur grande indépendance sous Macron) et sans laisser de Procès Verbal. Ils sont repartis avec le contenu de tous les ordinateurs, téléphones portables, appareil divers. Un fichage de masse, en somme.

Ils auraient agis dans le cadre de deux enquêtes : l’une portant sur les emplois d’anciens collaborateurs parlementaires, l’autre sur les comptes de campagne. Dans le premier cas l’info de base vient d’une élue FN, donc c’est du solide. Dans l’autre on sait que coté compte de campagne, ça ne pose problème à personne que le parti du président de la République ait chopé du fric de la part de tous ceux au service desquels sa politique est menée. Pas plus que les immenses ristournes dont il a bénéficié de ses riches copains, pratique qui s’apparente pourtant à des dons illégaux.

Résumons : ce gouvernement coule. Il nous emporte avec. Les inondations mortelles, les actionnaires de Danone s’en foutent. Par contre le discrédit d’un président pourtant vendu comme le joker d’un régime en plein naufrage, ça leur fout les jetons. La montée d’une gauche franche, qui n’a plus peur de dire “capitalisme”, “taxer les riches” et “planification écologique”, encore plus. Alors on applique la méthode mainte fois éprouvée : faire passer ce type, ce Mélenchon, pour un gros-ma-la-de. Et malhonnête si possible. “Pas de fumée sans feu”, se diront les braves gens.

Espérons qu’une stratégie aussi pourrie montre qu’avant tout, c’est leurs foutus palais qui commencent à cramer.

Le nouveau numéro de Frustration est sorti ! Pour vous le procurer, abonnez-vous ou commandez-le en ligne via la boutique du site ! Ignorer