Mieux vaut être payé à ne rien faire qu’être payé à faire de la merde

C’est la polémique de merde de l’été, qui tombe à point nommé alors que le gouvernement a fait passer une loi brisant un peu plus le statut de la fonction publique pour augmenter le recours aux contractuels dans les services de l’Etat : la précarité, c’est tellement cool. Un fonctionnaire aurait été pris à ne rien faire, et l’ensemble de nos médias s’emparent de ce cas individuel pour cracher leur habituel venin sur le secteur qui emploie le plus de gens en France. Vous voulez parler travail et utilité du travail ? Allons-y alors !

Dans notre société qui valorise le travail comme une fin en soi, personne n’est plus coupable que ceux qui “ne font rien”. Chômeurs, maintenant retraités (nos dirigeants aimeraient qu’ils soit obligés de travailler jusqu’à 80 ans comme aux Etats-Unis), jeunes… En France, ceux qui ne “triment” pas ont tort. Vieux reste religieux, mais surtout propagande qui arrange bien les possédants, trop heureux de nous faire bosser à moindre coût et en toute circonstance.

Dans la fonction publique comme dans les entreprises privées – ce dont les “grandes gueules” ne parleront jamais, bien évidement – des salariés se font “placardiser”. Solution pratique des managers pour éviter d’affronter les problèmes, la placardisation consiste à mettre les gens à un poste bidon, qui peut d’ailleurs être très bien payé, et à les y laisser dépérir : on aurait tort de jalouser ces personnes “payés à rien faire”, de s’imaginer qu’elles passent leur journée à pêcher la truite et à siffloter les mains dans les poches. Dans ce pays qui a fait du travail la valeur suprême, être payé pour être oisif est une souffrance : le “bore out” provoque stress intense, dépression et pathologies dont on ne se remet parfois pas.

Pourtant, il existe aussi tout un tas de gens qui s’agitent en tout sens, sont payés chers pour cela, et font plus de mal que ceux qui “sont payés à ne rien faire”. Il y a l’ensemble des “jobs à la con” dont parle l’anthropologue David Graeber, et qui consistent en des boulots qualifiés mais qui visent juste à faire joli dans une entreprise, à valoriser les chefs, à rafistoler les dysfonctionnements, à contrôler, faire du “reporting”, “controlling”, “staffing”, parce que les actionnaires veulent tirer le plus de leurs salariés et ont besoin de gens pour ça. Il y a tous ces cabinets de consultants qui viennent se nourrir de prestations relativement bidons, destinées à verdir des entreprises, à faire croire en leur “management humain”, en conseils divers et variés en stratégie “éco-responsable” et “compétitive”…

Et puis il y a les boulots carrément nocifs pour la société et la planète, qui sont sans doute les mieux payés : les DRH primés à la réussite d’un “plan de sauvegarde de l’emploi” (c’est-à-dire un licenciement de masse), les “chief happiness manager” dans une entreprise privée, chargés de créer artificiellement une bonne ambiance en faisant chier tout le monde, et bien sûr DG et PDG. Ah, tout le monde s’accordent à dire qu’ils “bossent jours et nuits”. Mais pour quoi ? Pour peaufiner des stratégies court-termistes dont on sait qu’elles contribuent à la destruction de notre planète ?

Et que dire des marketeux, qui cherchent chaque jour à créer de nouveaux besoins et donc génèrent de nouvelles frustrations, de nouvelles aliénations mentales ? Ils travaillent sans relâche, ces gens qui conçoivent des publicités pour habituer nos enfants au sucre, aux mensurations corporelles inatteignables, à la reproduction du sexisme télévisuel ! Mais pour quel foutu résultat ? Et que dire de ces députés, qui nous coûtent un fric fou et qui font mine de suivre des commissions consacrées à l’écologie pour ensuite voter le CETA ? Ils ne sont pas payés à rien faire, eux, finalement, même si en apparence ils s’agitent en tout sens et prennent l’air important de ceux qui sont débordés ?

Si l’on veut sauver la planète, si l’on veut préserver la santé mentale de nos concitoyens, il va falloir arrêter de célébrer le travail pour le travail. Des tas de gens bossent pour nous nuire. Si l’écologie est devenue un paramètre majeur du débat public, affirmons ceci : une chômeuse qui cultive son jardin est plus utile à notre salut commun qu’un “chargé de ressources humaines” ou qu’un Directeur marketing. Car elle fait venir des abeilles et permet aux insectes de vivre tandis que les seconds ne font que nourrir de gros parasites au prix de notre santé et de notre environnement.

Préférons ceux qui ne bossent pas à ceux qui font de la merde, et avant tout ceux qui bossent pour du mieux, et dont la télé et la radio ne célèbrent jamais les vertus alors que le gouvernement des connards arrogants leur met la misère : infirmiers et infirmières, enseignant.e.s, pompiers, soignant.e.s, agents du service public sans qui tout se casserait la gueule, mais aussi paysans, éboueurs, conductrices de bus et de métro, nounous, femmes et hommes de ménage, celles et ceux qu’on ne voient pas à la télé mais qui, s’ils s’arrêtaient de travailler, plongeraient nos vies dans le chaos. Les salariés du marketing et les DRH ne peuvent pas en dire autant.

Sauver la planète et sauvez-vous : travaillez mieux, travaillez moins.

Un billet signé Nicolas Framont, qui en a vu des gens s’agiter en tout sens pour brasser du vent ou du malheur.

PS : énorme oubli dans ce billet : et que dire des chroniqueurs des “Grandes gueules” et toute cette engeance de gens payés à poser leur cul sur un plateau télé ou radio pour donner leur petit avis de bourgeois bien à l’aise sur les évènements de ce monde ? A Frustration, on a notre petit avis 😉 .