Mérite, n.m : notion permettant de justifier les inégalités, en considérant que la réussite n’est que le produit d’efforts individuels et que ceux qui ont les meilleures positions sociales ne le doivent pas à la chance de leur naissance mais à un travail acharné. Terme dont l’usage vise à gommer tout sentiment d’injustice que pourraient ressentir ce qui sont tout en bas de l’échelle sociale en leur faisant croire que ce n’est que de leur faute.

  • Le terme est essentiel pour les bourgeois car il leur permet de se rassurer quand ils se paient des vacances au bout du monde ou une grosse cylindrée : « J’ai eu un boulot de fou, je suis harassé, j’ai bien mérité de m’offrir des vacances au soleil avec ma prime de fin d’année. » ou « J’ai bien mérité de me faire plaisir au volant de ce petit bolide, vu le nombre d’emplois que j’ai créés avec ma boîte ».
  • Il leur permet aussi de ne pas s’apitoyer trop longtemps sur le sort des manants. « Elle, c’est vrai, elle vient de l’assistance publique et n’a pas fait d’études mais elle ne fait aucun effort pour s’en sortir, alors qu’elle pourrait trouver très facilement du travail en traversant la rue. » 

La notion de mérite permet de classer les individus en deux catégories : les méritants (ceux qui ont réussi) et les non-méritants (ceux qui sont au service de ceux qui ont réussi)

La notion de mérite est très présente dans le système scolaire, avec un coup de force incroyable qui consiste à balayer d’une seule phrase tous les déterminismes sociaux de la réussite : « Quand on veut, on peut ! »… Et donc si on n’a pas pu, c’est qu’on a pas voulu.

La notion de mérite a un pouvoir magique :

Celui de faire croire à ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir poursuivre des études que c’est bien normal que ceux qui ont fait un bac +5 aux frais de la Princesse aient le droit en plus de gagner beaucoup d’argent sans se casser le dos sur une chaîne de montage. Faire des études n’est pas présenté comme un privilège, financé en grande partie par les deniers publics, mais comme un sacrifice. Le tour de force est de faire croire que les efforts sont du côté de ceux qui à 20 ans se couchaient à 5 heures du matin après des soirées étudiantes bien arrosées et pas de ceux qui au même âge se levaient à 5 heures pour aller prendre leur poste à l’usine.

En réalité, même si certains enfants des milieux populaires réussissent bien à l’école et qu’il a bien dû arriver, un jour, qu’un enfant de bourgeois rate ses études au point de devoir faire les trois-huit dans une usine, la réussite scolaire s’explique bien davantage par l’origine sociale que par les efforts individuels. La plupart des riches ne l’ont pas spécialement mérité, ils ont seulement bénéficié de meilleures conditions de départ, dans un monde où les chances ne sont pas du tout égales.