Combien de temps cela va-t-il encore durer ? Hier encore, plus d’une heure d’affilée sur une chaîne d’info, à voir le président distribuer les bons et les mauvais coins et baver sa hargne de son peuple de gaulois réfractaire, à chercher à diviser : “les gilets jaunes que j’aime” “les gilets jaunes que je n’aime pas”, après Geneviève qui n’a pas été sage, les gentils boulangers qui ont le sens de l’effort, les autres qui ne l’ont pas, et tout le reste qu’on finit par oublier à force d’entendre les insultes s’accumuler. Avant, Macron nous insultait depuis l’étranger, ensuite il l’a fait devant les maires et les élus locaux, puis devant les “intellectuels”, et maintenant devant des gosses.

Est-ce qu’on pourrait arrêter ce cinéma ? Il est déjà parfaitement immoral d’associer des enfants, dans des publicités, à des produits nocifs comme le Nutella ou les céréales (pardon le sucre en boules) de Kellog’s, alors qu’en est-il de les associer à un énième clip de propagande à rallonge pour ce président sans saveur mais tout plein de colorants médiatiques et de conservateurs, qui est venu nous vendre sa retraite à point à la con (“universelle” mais sans doute universellement pauvre et instable, puisqu’on ne connaît toujours pas comment la valeur du fameux “point” sera calculée), ses sanctions pour les chômeurs, sa foutue “flexibilité” pour les salariés et toute sa camelote ?!

On imagine mal les vertus éducatives du macronisme, la méthode orwellienne qui consiste à utiliser un mot pour couvrir une action radicalement contraire. Laisserez-vous apprendre à vous enfants que le “dialogue” social c’est moins de représentants de salariés ? Que “prôner une médecine de proximité” c’est fermer des maternités ? Que favoriser la “liberté de choisir ses études” c’est virer les pauvres de l’université et prôner la “liberté de choisir son avenir professionnel” c’est obliger les gens à prendre un job mal payé, loin de chez eux et ne correspondant pas à leurs qualifications ?

Et qu’en est-il d’un “Grand débat” dont les participants n’ont pas d’autre possibilité que de poser une question et d’écouter patiemment la réponse moralisatrice du petit père fouettard du peuple, avec sa douce voix de bourgeois poli mais droit dans ses bottes ? Qu’en est-il d’un “échange” qui consiste à regarder un mec distribuer les bons et les mauvais points, distinguer les bons manifestants des méchants casseurs ou des “pas sages” Geneviève, les vrais gilets jaunes et les faux, les français qui ont le sens de l’effort et les enfoirés de chômeurs, les salariés du privé bien exploités et les salauds de fonctionnaires qui glandent ?

Si vous ne voyez pas le souci qu’il y a à mettre en scène des heures un président faire la morale à des enfants en faisant comme si c’était une prouesse (Non, aucun énarque n’est facilement “challengé” par un enfant de 8 ans) si vous ne voyez pas en quoi appeler “grand débat” une sorte de grand oral mégalomaniaque, si vous avez écouté les informations depuis des semaines sans vous dire un instant qu’on avait basculé dans autre chose que ce que le ton calme et badin de la bourgeoisie télévisuelle laisse croire, c’est que votre foutu programme d’Histoire ne vous a servi à rien d’autre qu’à briller en société !