La dignité retrouvée

 

Des décennies qu’ils détricotent ce que nos anciens ont conquis pour nous. Sécurité sociale, système de santé, assurance-chômage : tout doit disparaître.

Des années qu’ils transfèrent le fruit de notre travail vers leurs profits. Jamais les salaires n’ont aussi peu augmenté depuis dix ans alors que jamais les actionnaires ne se sont aussi enrichis.

Des mois qu’ils soutiennent des lois qui nous oppriment, nous asservissent, et en toute impunité : le secret des affaires pour protéger leurs magouilles, les ordonnances travail pour nous virer sans rendre de compte, la vente à la découpe de nos entreprises publiques, la privatisation de la SNCF…. Leurs dégâts sont considérables et ils ne comptaient pas s’arrêter là.

Des semaines qu’ils nous insultent, qu’ils traitent leurs concitoyens de “beaufs”, d’illettrées, d’abrutis qui refusent d’accepter le cours de leur Histoire et de leur Raison capitaliste. Ils sont allés jusqu’à nous traiter de pollueurs et d’anti-écologistes quand ce sont leurs entreprises, leur productivisme et leurs vols long courriers qui détruisent notre environnement.

Des jours que le président qu’ils nous ont imposé, par soutien financier et médiatique massif puis chantage au FN, reste “droit dans ses bottes” et méprise la colère, se croyant intouchable.

Mais cette fois-ci, aucun Benalla n’a réussi à protéger leurs beaux quartiers : la rue Kleber, l’Avenue Foch, la rue de Rivoli, ces avenues chères du Monopoly, brûlent ! Leurs bagnoles de luxe crâment ! Les bourgeois se terrent dans leurs hôtels particuliers, ils flippent de voir cette foule jaune sans service d’ordre pour les canaliser, sans représentant pour les trahir, sans parti politique pour les faire taire !

Aujourd’hui est le premier jour de la vengeance des classes moyennes et populaires, contre la grande bourgeoisie et la guerre de classes qu’elle mène contre elles depuis des décennies.

Qu’on se le dise, même si les dégâts sont considérables et cinématographiques, ils ne sont rien comparés à ce que les grands bourgeois et leurs partis ont fait à la vie des ouvriers, au dos des employés, au psychisme des cadres, à la faim des sans abris et à l’angoisse des retraités.

Ces violences matérielles ne sont RIEN comparé au mal que les habitants de l’avenue Kleber – ces banquiers, actionnaires, politiciens, PDG – font tous les jours au reste de l’humanité ! Mais elles marquent un jour où les Français renouent avec leur dignité.

Le nouveau numéro de Frustration est sorti ! Pour vous le procurer, abonnez-vous ou commandez-le en ligne via la boutique du site ! Ignorer