Frustration n°15 : “les riches nous tuent”

Conçu et réalisé dans la torpeur angoissante d’un été caniculaire, ce numéro assume la virulence de son titre. Jamais le séparatisme social des plus riches n’a été si grand, tout comme leur indifférence environnementale. Un ministre de l’écologie est perpétuellement confronté à des lobbyistes, et les producteurs de plastiques ont intégré le discours moraliste des “petits gestes” du quotidien pour faire porter aux consommateurs la responsabilité des dégâts irréparables qu’eux commettent. 

(Ce numéro a été illustré par Lucas Ferrero !)

 

AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO :

 

FAUX ! Ce ne sont pas les “petits gestes du quotidien” qui sauveront la planète.

“Il s’agit de ne pas adhérer à cette idée à la mode et très confortable pour les vrais responsables (chefs d’entreprises, investisseurs, politiques…) selon laquelle nous serions « tous responsables » de l’état de la planète, alors que la majorité de l’humanité subit le capitalisme qu’on lui dicte. Jamais les peuples n’ont été consultés sur le choix du libre-échange, l’ouverture à la concurrence de tous les secteurs et la poursuite infinie de la croissance. Et lorsqu’ils le sont et qu’ils disent non, comme en 2005 contre le traité européen, les puissants les ignorent.”

SEXO : Troubles de l’érection, libido en berne… Les responsables sont Macron et votre patron

“Sous prétexte de s’adapter à la mondialisation dont il a par ailleurs fixé les règles sauvages, pour ensuite les présenter comme une « fatalité », le patronat et ses actionnaires exigent une main d’œuvre adaptable en compétence, en comportement et en temps. Au point que sont niés jusqu’aux besoins les plus primaires : les cas où l’on interdit caissières et magasiniers d’aller aux toilettes se multiplient. L’augmentation du travail de nuit, l’extension du travail du dimanche, le sacrifice des soirées et des matinées à nos boulots provient de cette même volonté de calquer des vies humaines sur des impératifs de production, et des caprices d’employeurs. Comment s’étonner qu’on y perde notre désir ?”

REPORTAGE souterrain dans la première ferme urbaine bio de Paris

 

“Quand Jocelyne raconte, à la terrasse d’un café d’un des arrondissements les plus denses et les plus minéraux de Paris (le 18e, situé au nord de la capitale), qu’elle travaille depuis deux mois dans une ferme située non loin de là, son interlocuteur ne peut qu’avoir du mal à imaginer à quoi ressemble son lieu de travail. Un immeuble HLM, son parking souterrain, et là : des rangées de champignons et d’endives. Nous lui avons demandé de nous raconter comment elle s’était retrouvé là et de nous le faire vivre avec elle.”

ENQUÊTE : Les riches n’ont aucun mérite. Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un gosse de riche de rater ses études…

 

“« Votre enfant n’a pas été affecté dans le lycée que vous souhaitiez ? Il n’a pas eu la filière de son choix ? Nous l’accueillons au sein de notre lycée parisien. » promet une publicité pour le cours Hattemer. Si votre enfant n’a pas bien réussi sa classe de troisième et que ses profs l’orientent en lycée professionnel alors que vous le destiniez depuis tout petit à des études de médecine, tout n’est pas perdu… à condition de pouvoir débourser les 8 730 euros annuels que vous coûtera sa scolarité dans cet établissement privé hors-contrat. Tout s’achète, donc, y compris la possibilité de faire fi d’une décision d’orientation. Pour les enfants des riches, il y a toujours un plan B.”

CONTRE-ARGUMENTAIRE pour décontaminer un pro-nucléaire

 

“Les perspectives de créations d’emplois dans le cadre d’une transition énergétique écologique et responsable fait elle aussi l’objet d’une bagarre de chiffres. Les technologies alternatives maîtrisées existent (éolien terrestre ou offshore, solaire, géothermie, hydraulique), la recherche et l’expérimentation d’autres possibilités telle que la fusion  pourraient permettre la création nette de 600 000 à plus d’1 million d’emplois pérennes et non-délocalisables. Alors, devons-nous encore attendre plus longtemps ?”

REPORTAGE : Écoles rurales : comment on organise la désertification

 

“« Ce qui m’embête le plus, c’est que je n’entendrai plus les cris d’enfants de l’autre côté de la rue. Il y aura moins de vie dans le village ». Mais elle reste fataliste. « Réaliste, corrige-t-elle, parce que pour moi rien ne pouvait empêcher cette fermeture. Il y a de moins en moins d’enfants sur la commune, et ça on n’y peut rien ». Pourtant les chiffres de l’INSEE contredisent cette vision décliniste : entre 2010 et 2015, la population active – et donc potentiellement le nombre d’enfants dans les années à venir – a augmenté sur la commune de Campuzan.”

SANTÉ : Corps médical VS corps des femmes : Pourquoi vous ne savez presque rien du clitoris ou de l’endométriose.

“La méconnaissance du corps des femmes n’est pas due au hasard ou à la flemme. Quand il a été utile pour la médecine, qui avait besoin de cobaye, de se pencher sur des corps féminins, cela a été possible. Cette maltraitance résulte bien entendu de la position dominante des hommes dans la société – et dans les professions médicales – qui avaient et ont toujours un pouvoir immense sur le corps des femmes, disposant de leur sexualité, de leurs organes reproductifs et de leur liberté.”

REFORME AGRAIRE : Ma cantine bio, c’est pour bientôt ?

 

“Souvenez-vous des repas livrés en camion Sodexo, de ces infâmes odeurs de béchamel reconstituée qui s’échappaient dès l’heure de la récré et de tous ces plats que vous détestiez parce que vous n’en aviez mangé que dans leur version industrielle. Si vous avez pu passer un jour de l’autre côté des fourneaux, vous avez découvert avec horreur toutes sortes de produits emballés, pré-cuisinés, sous-vide, comme les œufs reconstitués en barres pour pouvoir découper de belles rondelles. Eh bien il faudrait qu’un jour ces traumatismes de la malbouffe soient un lointain souvenir.”

TUTO : Comment monter une section syndicale ? (et lutter sur son lieu de travail)

 

“Une fois la section mise en place, une première série de droits vont s’ouvrir : droit à un panneau d’affichage dans l’entreprise (article L. 2142-3), droit à distribuer des tracts de nature syndicale dans l’entreprise aux heures d’entrée et de sortie du travail (article L. 2142-4) ou par voie électronique (article L. 2142-6), droit de réunion mensuelle dans l’entreprise (article L. 2142-10), voire droit de disposer d’un local syndical lorsque les effectifs de l’établissement dépassent deux cents salariés (article L. 2142-8). La constitution d’une section est donc une première étape simple à franchir pour s’informer, échanger et se regrouper. “

CINÉMA : En Guerre, les leçons d’une résistance

“Vincent Lindon, dans son rôle de meneur, se persuade longtemps qu’en parlant et qu’en exposant rationnellement la situation aux administrateurs de l’entreprise, il parviendra à les émouvoir suffisamment et les faire revenir quelque peu sur leur décision. Mais il s’avère pendant le film que non seulement ils savent déjà les conséquences sociales dramatiques mais surtout qu’ils s’en foutent.”

JEU : le labyrinthe mortel

“Vous êtes l’animal le plus important de la biosphère, celui sans qui rien n’est possible, vous pollinisez 80 % des espèces végétales sur la planète, bref vous êtes une abeille. Suivant votre instinct, vous êtes partie à la recherche de fleurs des champs à butiner. Mais le danger vous guette à chaque battement d’ailes. Votre mission : rejoindre votre ruche malgré les obstacles qui vous barrent la route.”

DÉSORMAIS EN KIOSQUE, RELAY ET MAISONS DE PRESSE

FRUSTRATION EST UN MAGAZINE INDÉPENDANT, ANIME PAR UNE EQUIPE DE BÉNÉVOLES

POUR NOUS SOUTENIR, ABONNEZ-VOUS, ABONNEZ AUTOUR DE VOUS

 

Le nouveau numéro de Frustration est sorti ! Pour vous le procurer, abonnez-vous ou commandez-le en ligne via la boutique du site ! Ignorer