Fabriquer des fascistes de bon matin – 23 janvier 2014

Mardi matin, j’ai allumé une radio publique, et j’ai écouté deux invités dont la noble tâche était d’expliquer ce que « les Français pensent » ce mois-ci. Voilà ce qu’il s’est passé :

Le journaliste vedette (du service public, donc il est NEUTRE) annonce, sans prendre de pincettes, parce qu’il faut dire les choses, les résultats « déprimants » d’une enquête qui révèle le grand « pessimisme » des Français Nous avons donc l’inamovible Brice Teinturier, ce mec sans âge qui s’occupe de commenter scientifiquement (donc il est NEUTRE) les sondages chez Ipsos. Puis nous avons Jean Viard, un sociologue (Donc NEUTRE).

Journaliste neutre :
« Les chiffres sont flippants : 65% des Français pensent que les politiques sont corrompus, et 85% d’entre eux pensent que les élus agissent pour leur propre intérêt !! Comment expliquer cela, ô grand sociologue ? »

[Euh, Peut-être parce que Cahuzac, Sarkozy, Guéant, le Sénat qui confirme l’immunité de Dassault et… les centaines d’autres cas dans le genre ??]

Sociologue neutre, réponse neutre :
« Oui, c’est complètement invraisemblable hein, eh bien écoutez, c’est très simple, les Français manquent de RECITS, des belles histoires qui donnent envie de se lever chaque matin pour aller bosser. Il n’y a plus rien qui fait rêver. On devrait parler davantage des grandes réussites, de l’Oréal, d’Airbus… Car, les gens, voyez-vous, sont en manque de repères. C’est pourquoi ils vont s’imaginer des choses aussi invraisemblables que des élus républicains qui se contrefoutraient de l’intérêt général et agiraient d’abord pour leur gueule et celle de leurs amis de la Haute. »

[ET C’EST FAUX ?!]

Journaliste neutre, question neutre :
« Mais, ne peut-on pas dire là qu’il s’agit d’une atteinte terrible au Pacte Républicain, Monsieur le statisticien ?

[Je n’ai jamais signé le moindre pacte, pour ma part. Quand est-ce qu’on a voté là-dessus ?]

Expert neutre, analyse neutre et dépassionnée : « Si, absolument, on est en plein dedans. La République est basée sur la croyance du peuple en la grande bonté et le désintéressement des élus républicains. Or, là, ils n’y croient plus du tout, et ils mettent tout le monde dans le même panier, c’est inquiétant ! Le pire, c’est qu’ils ne font pas du tout confiance aux médias non plus ! C’est complotiste vous voyez ? »

[Vraiment ? Mais alors…]

Sociologue neutre, explication neutre :
« Oui, d’ailleurs, ce que l’enquête montre, c’est que ça va de pair avec la montée du FN (soupir de soulagement dans l’assemblée). Pour vérifier ça, on a glissé quelques questions batârdes de type « pensez-vous qu’on a besoin d’un vrai chef ? », les gens ont répondu oui massivement – Bon, Bien entendu, on passera sous silence le fait qu’ils ont aussi dit oui à « Il faut prendre aux riches pour donner aux pauvres », question posée par erreur par un stagiaire, et qu’ils ne mettent toujours pas l’immigration comme problème n°1, ce qui est rageant. Bref, si les Français sont plus méfiants envers vous et moi, c’est parce qu’ils sont davantage fachos ! »

[… Merde, je suis fasciste !]

C’est donc la mine défaite et le cœur au bord des lèvres que j’ai pris le chemin du travail, n’ayant pas d’autres récits pour bercer ma route que celui de mon ignoble appartenance aux forces obscures qui menacent la République…

J’AVAIS TORT. Car quelques heures plus tard, j’ai pu rétablir LES FAITS (Donc NEUTRES !) :

QUI SONT CES GENS ?

Jean Viard n’est pas un simple sociologue, il est aussi conseiller municipal PS à Marseille. Les élections étant dans deux mois, il est donc aussi neutre qu’un philosophe soviétique. (« Il peut aussi avoir le sens de l’intérêt général, tout simplement ! » Merci pour ta remarque, Jean-Baptiste, je sais que tu penses que tes potes de Science Po sont des crèmes, mais moi je pense que ce sont des cons)

L’enquête a été commandée par Le Monde, France Inter, et la fondation Jean-Jaurès. La fondation Jean-Jaurès est un « think-tank » du PS. Ce sont donc eux qui ont trouvé les questions et qui ont présenté les infos comme ça les arrangeait. (« Vous voyez le mal partout !! » Retourne cultiver ton jardin, Candide)

Qui sont « les Français » ? Ils sont 1005 français qui sont inscrits sur le panel internet de l’institut de sondage Ipsos et sont sollicités régulièrement en échange de bons d’achat, conditionné par l’accumulation de points. J’y suis inscrit, et j’y suis accro, je réponds à tout type de sondage (vite fait, en répondant n’importe quoi) pour obtenir les 1000 points me permettant d’obtenir le bon d’achat de 50€ avant les soldes ! « Les Français » donc ? NON, les français-qui-passent-leur-temps-à-consulter-leur-boîte-mail (« comme tout le monde non ?? » Non, Domitille, tes potes de l’école de com’ sont pas « tout le monde »)

QUE DIT CETTE ENQUETE ?

Qu’une grande partie de ces gens interrogés pensent que :

Les grands médias ne sont pas dignes de confiance, peut-être parce qu’ils font systématiquement passer des idéologues pour des experts NEUTRES, au hasard ?

Les élus sont majoritairement corrompus et se soucient plus de leur carrière que de l’intérêt général. Non, les tronches de premier de la classe sur des affiches accompagnée d’un « votre député, pour vous, pour nous, pour la France », ça ne convainc pas du tout. FOU ! Les partis de gouvernement sont tous pareils. Oh, excusez-moi, la « gauche » veut donner des exonérations aux actionnaires et qu’en échange ils soient GENTILS. La droite veut leur donner des exonérations mais ne rien leur demander en échange parce qu’ils sont SOUS PRESSION. « Quand on a trois fonds de pension à gérer, trois bagnoles et deux résidences secondaires, je vous dis pas les TRACAS hein ! ». Ah, et puis la « gauche » est progressiste, alors que l’UMP est réactionnaire. « Pourquoi c’est toujours à nous de faire les réac’ ? C’est chiant putain ! On peut pas échanger ? » « Oh si, chic ! » « Ta gueule Manuel, c’est nous les gentils ! » « Pardon les gars, je me trompe tout le temps ».

BREF, je pense que mes collègues du panel Ipsos sont en fait très réalistes, qu’ils ne sont pas complotistes mais observateurs, qu’ils ne sont pas fachos mais révoltés. Je crois que l’élite a besoin d’envoyer ses experts-mamans la rassurer sur la radio publique, lui parler du peuple comme de petits ados en manque de repères, sujets à des angoisses, à des peurs, autant de symptômes matière à psychanalyse plutôt qu’à une urgente, nécessaire et potentiellement jouissive saignée.