Oui, l’avis de “jojo” vaut mieux que celui d’un ministre de Macron

Ce qui est bien avec Macron, c’est que plus il parle et plus on comprend pourquoi on le déteste autant. Et il a le mérite d’être explicite : il dit tout haut ce que tous les bourgeois comme lui pensent tout bas. Ainsi, se confiant à des journalistes du Figaro et de Paris Match la semaine dernière, il pestait contre les chaînes d’infos en continu où “Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député !”. Et ça, ce n’est quand même pas possible.

On notera d’abord l’emploi du surnom “jojo”, qui renvoie à un imaginaire parisien bourgeois du “beauf” avec son ricard et sa moto qui s’appelle forcément “jojo” ou “jacky”. Evidemment “jojo” c’est aussi un petit surnom ridicule, histoire d’insister sur le fait que jojo, face à Monsieur le Ministre et Monsieur le Député, il ferait mieux de la fermer.

Ensuite, voilà qui est intéressant dans la conception de la démocratie selon Macron : On voit vraiment que pour un gars comme lui, le peuple est juste là pour voter sagement tous les 5 ans et la fermer le reste du temps. Et même s’il ne vote pas, ce n’est pas bien grave : élus avec à peine 50% du corps électoral, et donc représentant au mieux 25% des électrices et électeurs quand ils gagnent, nos députés seraient plus légitime. Et les ministres encore plus : eux ne sont pas élus, ils viennent parfois directement du lobbying pour Danone, comme Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’Etat à l’écologie (Danone, Ecologie, Danone, Ecologie).

Bref, c’est une conception bien particulière de la souveraineté populaire qu’il nous a exposé hier. On y a appris aussi qu’il est ouvert aux référendums, sur “tous les sujets” sauuuuuf le retour de l’ISF. Bah oui les beaufs, écharpez-vous sur l’immigration, la PMA et la lutte contre “l’assistanat”, et laissez les histoires de fiscalité des riches à leurs copains.

Une chose est sûre : actuellement dans ce pays, tous les jojos ont un avis beaucoup plus fiable sur ce qu’il convient de faire pour le peuple et la planète qu’une ex-lobbyiste de Danone (Wargon), un ex-banquier d’affaire plein aux as (Macron), une ex-DRH licencieuse de chez Danone également (Pénicaud) ou des médecins et hauts cadres du privé qui squattent l’Assemblée Nationale.

Et qu’est-ce que ça a fait du bien de voir débarquer sur les plateaux télés les jojos et les jojottes, avec leurs gilets jaunes, pour contredire les ministres bien peignés et les députés bouffis d’orgueil !

Comme d’habitude, Manu, tu as tout faux.