Les 4 mensonges du gouvernement pour justifier sa réforme du Code du travail

Le gouvernement justifie ses ordonnances avec des arguments fallacieux et des mensonges éhontés. Hélas, il n’y a aucun « décodeur » du Monde ou d’ailleurs pour dissiper ces écrans de fumées, alors Frustration a du s’y coller :

  • « Cette réforme va réduire le chômage »

Déjà il y a trente ans, lorsque la droite a supprimé l’autorisation administrative de licenciement (c’est dur à imaginer mais à l’époque l’Inspection du travail vérifiait la véracité de chaque licenciement économique), les députés, experts et le père de Pierre Gattaz lui-même (Yvon Gattaz, qui dirigeait ce qui ne s’appelait pas encore MEDEF) disaient que faciliter le licenciement créerait des centaines de milliers d’emploi. Peine perdue, depuis, le chômage n’a fait qu’augmenter. Ce qui était faux il y a trente ans est encore faux aujourd’hui. La dernière étude sur les causes du renoncement à l’embauche montre que le Code du travail est loin d’être la première raison. Licencier est devenu bien facile ces dix dernières années, et la seule innovation qu’introduit l’actuelle réforme c’est qu’on pourra licencier pour de mauvaises raisons en sachant d’avance combien ça va nous coûter, si les salariés ont le temps de contester (car le délai de recours est réduit à 1 an, contre 30 ans avant 2008).

L’autre argument consiste à dire que « pour faire face à la mondialisation et la concurrence internationale », nos entreprises doivent être « compétitives », c’est-à-dire atteindre un prix du travail comparable à celui des pays dans lesquelles elles délocalisent souvent. Sauf que ces pays-là ne restent pas à rien faire, et pour rester les moins chers et les moins emmerdants, ils bradent ce qui leur reste de législation. C’est ainsi que la Roumanie examine cette semaine un projet de loi visant à éliminer quasiment intégralement les cotisations patronales, pour rester « compétitive ». On est vraiment obligé de jouer à ce petit jeu sans fin ?

La Suite

Sortie du n°12 “la chasse est ouverte”

Nous avons pris acte du désir d’Emmanuel Macron de rétablir la chasse à cour. C’est déplorable et ridicule. Mais il y a pire : il a lâché ses sbires sur les salariés, les chômeurs, les retraités, les étudiants, et toutes celles et ceux qui n’ont pas le bon goût d’être riche au point de payer l’ISF. Cela veut dire que beaucoup de monde subissent le cor de chasse macroniste, et que quelques-uns seulement participent à la curée.

Face à la gravité de ce à quoi nous assistons, nous avons fait un numéro presque entièrement thématique, consacré à la violence du président des riches. Nous y racontons le long combat du mouvement ouvrier pour la santé au travail, nous détruirons les justifications pour plus de flexibilité et moins d’impôt sur les riches et nous y dressons le portraits de ceux qui mènent cette mission anti-pauvres.

Comme d’habitude, il y aura un retour sur l’actualité de ces trois derniers mois, quelques chroniques franchement énervées et l’espoir d’une autre société possible (quelques titres ci-dessous).

C’est Frustration n°12 et ça arrivera chez vous ou chez votre marchand de journaux le 24 novembre !

Il est encore temps de vous abonner !
https://www.frustrationlarevue.fr/sabonner-a-frustration/