Trois ans de Frustration et beaucoup d’espoir – Invitation à fêter ça avec nous

couv6couv5frustration3couv

Chères lectrices et chers lecteurs,

Il y a trois ans nous nous réunissions à quelques amis pour lancer un projet de revue papier susceptible de rendre accessible au plus de monde possible une critique de notre société qui nous semblait généralement réservée aux plus diplômés et aux plus politisés. Un numéro pilote en est sorti, tiré à 50 exemplaires, et trois ans plus tard de gros progrès ont été accomplis : Frustration n°8 a été envoyé à nos cent abonnés, il est présent dans 45 librairies en France et, grâce aux bonnes ventes des précédents numéros et du n°7 en particulier, nous sommes à l’équilibre financier sans le moindre apport extérieur, subvention ou publicité.

Pour fêter ces trois années de travail et parler de la suite, nous invitons nos lecteurs, nos abonnés et nos contributeurs à venir nous rejoindre le vendredi 4 novembre à l’étage du bar La Comédie, 11 rue de la Reynie à Paris (métro Châtelet, Les Halles ou Rambuteau) à 19h.

Ce sera l’occasion d’échanger autour d’un verre et de parler de nos frustrations, de nos espoirs et de nos projets pour une société meilleure. C’est important pour nous que tous ceux qui ont la possibilité de venir (c’est-à-dire qui vivent en Ile de France) se sentent légitime de le faire ! Toute l’équipe sera présente, c’est-à-dire le collectif éditorial et les contributeurs, et nous avons prévu quelques cadeaux pour nos invités. Et pour celles ou ceux qui ne l’ont pas encore, ce sera l’occasion de se procurer le n°8 !

Au plaisir de vous voir le 4 novembre,

la rédaction : Benjamin, Benoit, Nicolas, Thibaut

 

Sortie du n°1

Jean-Charles Naouri : parcours d’un capitaliste “de gauche”

christmas backdrops photography uk

 Jean-Charles Naouri est l’ancien directeur de cabinet du ministre des Finances du gouvernement socialiste de 1982 à 1986 et il est défini comme l’ « architecte principal de la dérégulation des marchés financiers » par… Wikipédia. Aujourd’hui, le brave homme est à la tête du groupe Casino (Leader Price, Monoprix, Casino) qui vend de la nourriture industrielle dangereuse pour la santé en exploitant les agriculteurs et les petits commerçants en France et dans le monde. Comme beaucoup d’autres, il est coupable d’avoir pris à la collectivité pour donner au secteur privé et, au passage, s’en mettre plein les poches. Portrait d’un homme clef du triomphe contemporain de l’oligarchie française.

La Suite

« La politique je n’y connais rien »: Pourquoi la compétence politique n’existe pas

« Moi je n’y connais pas grand-chose en politique ». Qui n’a pas déjà entendu cette réaction de la part de parents, d’amis, de collègues, lorsqu’une discussion sur les grands problèmes du pays ou du monde est lancée ? Beaucoup de gens se censurent et s’estiment trop incompétents pour avoir un avis sur notre système économique, nos institutions, nos lois en général. Si l’on côtoie des gens diplômés ou des militants politiques, on entend également ce genre de constat mais pour les autres cette fois-ci : « les gens ne sont pas compétents » pour décider sur telle ou telle question, et il ne faudrait pas multiplier les référendums car non seulement nos concitoyens ne comprendraient pas toujours les enjeux mais en plus ils risqueraient d’y exprimer leurs plus bas instincts.

Il faut dire que nous sommes tous élevés avec l’idée que la politique est une affaire de grands esprits et que le peuple se trompe souvent. Notre classe politique nous le rappelle régulièrement : encore dernièrement, lorsque les citoyens britanniques ont voté pour la sortie de l’Union européenne (le brexit), une grande partie du personnel politique et des éditorialistes français s’est récriée d’une même voix : il ne fallait pas leur demander c’était bien trop sérieux ! Alain Minc, conseiller du pouvoir français depuis des décennies, a exprimé franchement le préjugé : « le Brexit, c’est la victoire des gens peu formés sur les gens éduqués ». Cette croyance en la supériorité de quelques-uns sur la masse est un argument massue pour notre élite, qui peut faire passer en force de nombreuses lois contre l’opinion de la majorité des gens sous prétexte que ceux-ci n’y connaîtraient rien et ne seraient pas aptes à penser le long terme. À Frustration, nous défendons depuis notre premier numéro l’idée que nous sommes tous à égalité face à la politique et que « les gens éduqués » ne sont en rien supérieurs aux « gens peu formés » pour prendre les décisions. Pour que ceux qui se sentent incompétents arrêtent de se censurer et qu’on cesse de suivre aveuglément les « gens cultivés » de tout bord, nous montrons ici que la compétence politique, ça n’existe pas.

La Suite

Pour qui travaille Michel Sapin ?

Flower Girl Dresses

Michel Sapin est un ministre important du gouvernement de Manuel Valls. Il a été ministre du Travail, puis des Finances et des Comptes publics, attributions auxquelles s’est ajoutée, fin août, l’Économie. Il est à ce titre un chantre de l’austérité et de la prudence budgétaire, incitant les Français à se serrer la ceinture. Or, ce régime a nettement profité aux grandes entreprises, qui ont quant à elles bénéficié des largesses budgétaires et du laxisme réglementaire du gouvernement. Michel Sapin s’est particulièrement illustré dans cette bienveillance générale à l’égard du secteur privé : de sa promotion du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) à sa réalisation d’une loi très molle contre la fraude fiscale (« Sapin 2 »), en passant par son refus de réclamer à Apple les impôts que le géant américain devait à la France, il est devenu de plus en plus évident que l’action du ministre de l’Économie et des Finances ne jouait pas en faveur de la majorité des citoyens. Si Michel Sapin ne travaille pas pour nous, pour qui travaille-t-il donc ?

La Suite

Nouvelle rubrique web : “Le visage des puissants”

Chères lectrices et chers lecteurs,

Frustration est avant tout une revue papier, mais nous fonctionnons sur nos deux jambes grâce à internet qui nous permet de rencontrer de nouveaux lecteurs et de communiquer avec eux. C’est pourquoi nous produisons aussi des contenus inédits destinés à la lecture sur le Web. C’est pour cet usage que nous ouvrons une nouvelle rubrique de chroniques web, intitulée “le Visage des puissants”. Cette rubrique fait écho au fameux discours de campagne de François Hollande, début 2012, dans lequel il fustigeait furieusement un adversaire qui n’aurait « pas de nom, pas de visage » et qui « pourtant gouverne ». Cet adversaire soi-disant invisible, c’était le « monde de la finance ». Depuis, le pouvoir socialiste nous a rappelé que le monde de la finance gouverne à visage découvert et qu’il n’est ni de droite ni de gauche. Ses nombreux visages sont présents dans notre paysage politique et médiatique, depuis des décennies comme Michel Sapin ou Pierre Moscovici ou arrivés plus récemment comme Emmanuel Macron. Décideurs et « capitaines d’industrie » comme Jean-Charles Naouri ou détenteurs d’un pouvoir d’influence comme Nicolas Baverez, nous vous proposons donc une série de mini-biographies, pour bien se souvenir de ces visages et démasquer leurs intérêts.

Bonne lecture !

La rédaction