Pour assurer notre sécurité face au terrorisme, mieux vaut nous organiser nous-mêmes !

Parce que nos dirigeants nous ont enferré dans des aventures guerrières menées en notre nom mais sans que nous ayons notre mot à dire, nous courrons désormais le risque de subir les nouveaux assauts du groupe fanatique religieux à l’idéologie fasciste Daesh. Les civils de Paris en janvier et en novembre, de Bruxelles et Lahore en mars ont été la cible du terrorisme. Notre élite politique nous demande de “nous tenir prêts” à de nouvelles attaques, et d’attendre sagement qu’elle résolve la situation pour nous. Mais que fait-elle ? Elle instrumentalise la police pour réprimer les mouvements sociaux, elle infantilise la population en cherchant à rassurer plutôt qu’à protéger ! Que faire lorsque notre sécurité est assurée par des dirigeants cyniques et des institutions inefficaces ? Nous organiser nous-mêmes, par le biais de la constitution d’une garde citoyenne, inspirée de la garde nationale des révolutions françaises. Dans cet extrait de notre article “Reprendre notre sécurité en main”, issu de notre numéro 6, nous menons cette critique des politiques sécuritaires qui ne sécurisent rien et nous explicitons cette proposition de garde citoyenne.

La Suite

Reprendre notre sécurité en main : Pourquoi il ne faut pas faire confiance aux élites pour assurer notre sécurité

Vous aussi vous les voyez, ces incohérences qui se multiplient, ces gouvernants qui disent tout faire pour protéger le pays mais qui jouent encore à faire des mesures électoralistes après le massacre de 130 personnes en plein Paris ? Vous aussi vous trouvez ça louche que notre pays soit « en guerre » mais que nos gouvernants organisent la vente de milliers d’avions de chasse et d’armes de tout type au monde entier, y compris aux alliés de nos agresseurs ? Vous aussi vous ne savez pas ce que ça veut dire quand le Premier ministre nous dit de nous « tenir prêts » à une nouvelle attaque terroriste mais qu’il ne nous donne ni informations ni moyens pour nous défendre ? Il nous semble que nous avons raison de ne pas faire confiance, en ces temps troublés, à l’élite qui nous gouverne. Nous avons réfléchi à des pistes concrètes pour que nous reprenions notre sécurité en main.

La Suite