La légitimité friable de notre nouveau président


Le record de vote blanc et d’abstention fait d’Emmanuel Macron un président très mal élu, surtout si l’on considère qu’il était face au Front National, tant détesté en France. Quand on sait que 43% de ses électeurs disent l’avoir choisi pour faire barrage à Marine Le Pen, alors ce n’est que 25% des citoyens ayant le droit de vote qui ont adhéré à ses idées.

Maintenant, on aura beau se répéter ça, notre système politique centralisé et la bienveillance médiatique (le mot est faible) dont dispose le nouveau président font de lui un souverain aux prérogatives intactes. Ses soutiens et futurs ministres ont déjà beau jeu de dire sur les plateaux télés que “65% des Français l’ont choisi”.

Alors que faire ? Résistez, comme nous l’avons fait sous Hollande et Sarkozy, face à un pouvoir central illégitime de fait car n’ayant pas besoin de l’assentiment du peuple pour pouvoir agir. Nous battre contre une réforme du code du travail qui va détruire des décennies de conquêtes sociales et achever la précarisation du salariat français. Dénoncer les accointances entre ce nouveau président des riches et le patronat français et européen. Espérer, encore et toujours, et construire un avenir meilleur, sans absurdité démocratique de ce genre et avec un pouvoir enfin rendu au peuple.