Programme Young Leaders : incubateur d’oligarchie pour Macron et ses amis

Ces derniers mois, Macron a fait plusieurs voyages emblématiques aux États-Unis. Dès le début de l’année 2016, Emmanuel Macron passe ses troupes et ses soutiens en revue, de l’autre côté de l’Atlantique. Alors ministre de l’Économie, il passe notamment par Las Vegas. Cet événement organisé par Business France, dont l’ancienne présidente est aujourd’hui ministre du Travail, a mené à des perquisitions mardi 20 juin 2017 au siège du groupe publicitaire Havas et de l’agence nationale Business France sur ordre de l’Inspection Générale des Finances, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour « favoritisme, complicité et recel de favoritisme ». Quasiment un an plus tard, Emmanuel Macron, cette fois candidat officiel, visite New York car « la démocratie n’a pas de prix, mais elle a un coût. » Entre deux levées de fonds traditionnelles aux sommes astronomiques, Emmanuel Macron participe à un petit déjeuner anodin mais fondamental pourtant passé quelque peu inaperçu dans la presse française. Un article de Libération daté du 6 décembre 2016 nous indique sans plus d’analyse que Macron y a rencontré « une trentaine d’invités de la French-American Foundation lors d’un petit-déjeuner au Links Club de l’Upper East Side, un club de gentlemen golfeurs traditionnellement issus de l’ancienne élite bancaire de la ville. Emmanuel Macron est un « Young Leader » de la French-American Foundation, promotion 2012. »

La Suite

Derrière le cool Macron, les élites conservatrices et libérales

Samedi, La République En Marche était venu se faire « pinkwasher » à la Marche des Fiertés. Ce terme désigne la façon dont des institutions ou des Etats utilisent la cause homosexuelle pour se donner un coté tolérant et ouvert d’esprit et masquer ainsi la violence de leurs politiques. C’est ainsi que l’Etat d’Israël utilise la réputation « gay-friendly » de Tel Aviv pour gommer le martyre qu’il fait subir aux Palestiniens, et que le président Macron s’est exprimé hier en faveur des droits homosexuels, alors qu’il s’apprête à précariser durablement l’ensemble de la population (homosexuels compris, bien entendu).

Macron joue sur une image « ouverte » et « progressiste », et pourtant il a accueilli dans son gouvernement des ministres ayant été des opposants actifs à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels tandis que LREM a investi un député qui n’hésitait pas à qualifier l’homosexualité d’ « abomination », rien que ça.

Pendant ce temps, le ministre de l’Intérieur est allé à Calais se borner à envoyer davantage de police et s’est montré sans pitié avec les associations d’aide aux réfugiés, leur demandant, selon Libération, d’aller « déployer leur savoir-faire ailleurs ».

Le « progressisme » de la République En Marche et de notre président, ce n’est que de la gueule. Business is business, et pour exécuter sa mission principale qui consiste à satisfaire les appétits boursiers de notre élite financière, Macron s’entoure de toute personne efficace, se souciant guère de leurs opinions et de leurs idéaux.

La tolérance, l’ouverture d’esprit, la bienveillance, tout cela ne sont qu’éléments marketing pour faire passer la pilule d’un règne violent et répressif.

Le parlement de la bourgeoisie : Portraits de la République en Marche dans les Hautes-Pyrénées.

Les candidats de La République en marche ! dans les Hautes-Pyrénées sont représentatifs des ambitions du nouveau parti politique : une alliance d’élus expérimentés et de petits nouveaux de la « société civile ». Représentatifs aussi car des proches de Macron dans ce département où le président situe une partie de ses origines, puisqu’il a passé quelques étés à Bagnères-de-Bigorre chez ses grands-parents et qu’il se rend régulièrement à La Mongie, l’une des stations les plus huppées des Pyrénées, pour skier. Représentatifs enfin car on retrouve précisément les mêmes biais de ce renouvellement qu’à l’échelle nationale, des politicards (comme Gérard Collomb) et une définition bien arrangeante d’une « société civile » qui correspond en réalité la prise en mains des affaires politiques par une classe supérieure qui a décidé de ne plus déléguer à la classe politique la casse du modèle social hérité des luttes du XXe siècle et la culture de ses propres intérêts qu’elle peut faire elle-même. Portraits.

La Suite

« Je veux protéger les travailleurs » ou le mythe de la « flexisécurité » de Macron

Pour relativiser le caractère néolibéral du programme de Macron, éditorialistes, partisans et commentateurs divers soulignent que, s’il souhaite flexibiliser le droit du travail, il compte aussi apporter des « protections nouvelles » pour accompagner cette évolution. Ce serait la « flexisécurité », un modèle social régulièrement évoqué et dont on attribue l’origine aux pays nordiques. Il est en effet en vigueur au Danemark et repose sur deux piliers : le contrat de travail est plus flexible (on peut licencier plus facilement) mais en contrepartie, le système d’assurance-chômage est très avantageux, puisqu’il s’élève à 90 % du salaire des trois derniers mois avant le départ. Les syndicats sont en outre très impliqués dans la définition des conditions de travail par branche, et ils sont forts, puisque 70 % des salariés danois sont syndiqués contre 11% en France. Ce système est coûteux et cela explique pourquoi le taux de prélèvements obligatoires du Danemark est le plus élevé d’Europe : 50,8 % du PIB environ, contre 47,9 % en France ou 39,5 % en Allemagne.

Hormis pour l’aspect « flexi », Macron aspire à l’inverse du modèle danois : d’abord, il ne prévoit en aucun cas une hausse des indemnités chômage. Au contraire, l’étatisation de l’assurance-chômage et son universalisation, qu’il nous vend comme une « protection nouvelle », s’accompagneront très probablement d’une baisse générale de leur montant (car beaucoup plus de monde en dépendra et ce qu’un chômeur touchera pourrait ne plus être lié à son niveau de cotisation). Cette étatisation contribuera aussi à réduire le rôle des organisations salariales, qui n’en seront plus les gestionnaires, et leurs moyens financiers. Les conditions de travail seront définies par entreprise avec la possibilité de contourner la négociation syndicale. En outre, la fusion des instances de représentation des salariés ne risque pas de donner plus de poids et d’intérêt à l’engagement syndical.

Le programme d’Emmanuel Macron n’instaure donc nulle protection nouvelle pour les salariés (il instaure le chômage pour les indépendants et les chefs d’entreprise, c’est cela qui est nouveau). Il est donc erroné de dire qu’il a quelque rapport que ce soit avec la « flexisécurité » à la danoise.


Mise au point issue de notre numéro 10 :

Pour recevoir ce numéro et pour soutenir notre travail, abonnez-vous à Frustration !

Tennismen, rendez l’argent !

Alors que, porte d’Auteuil se pavanent nos meilleurs joueurs de tennis, le gendre idéal Lucas Pouille ou l’acrobate préféré des Français Gaël Monfils, c’est salutaire de rappeler que tous ces loulous ont bénéficié de la formation d’une fédération qui a une délégation de service public, partiellement financée par les finances publiques, et qu’une fois arrivés au meilleur niveau, fffuit, ils ont disparu du giron du fisc. Toute l’équipe de France historique (Tsonga, Gasquet, Monfils, Simon) est domiciliée en Suisse, alors que le petit nouveau Pouille s’est installé à Dubaï.

La Suite

LE « MÉLENCHON BASHING », RÉVÉLATEUR DU MONDE IDÉOLOGIQUE DES JOURNALISTES

Que l’on aime ou pas le candidat aux législatives et ex-candidat aux élections présidentielles pour la France Insoumise, force est de constater qu’il fait l’objet depuis au moins mi-avril d’une campagne de décrédibilisation sans précédent par sa durée et la diversité des moyens employés par les rédactions pour la mener.

La Suite

ATTENTION LECTEURS, MÉFIEZ-VOUS DES MÉDIAS RUSSES !

Pour la première fois, le président Macron a pris une position ferme sur la question du pluralisme des médias et de leur transformation en outils de propagande. Sputnik et Russia Today, médias russes en France, ont été pointés du doigt par le chef de l’Etat pendant sa conférence de presse avec Poutine (un véritable coût de génie géopolitique cette affaire soit dit en passant, recevoir un dictateur à Versailles, quelle audace, quelle clairvoyance !) : Selon lui, ils « ont été des organes d’influence durant cette campagne et ont à plusieurs reprises produit des contre-vérités infamantes sur [s]a personne ».

Bien envoyé ! Car ce genre de choses n’arrive JAMAIS en France, nos médias sont pluralistes, ne sont pas DU TOUT des organes d’influence (« Faites ce que vous voulez mais votez Macron », Une de Libération pendant l’entre-deux tours), ils ne produisent JAMAIS des contre-vérités infamantes sur un candidat (« Mélenchon veut faire une alliance militaire avec le Vénézuela » « Mélenchon est pour Bachar Al Assad et soutient les massacres en Syrie » « Poutou s’habille super mal ») et ils sont dotés d’une ETHIQUE qui les empêche de faire de la mise en scène de la vie privée d’un candidat un sujet digne d’intérêt.

Mais surtout ils sont CRITIQUES et ne passent pas leur temps à prendre au pied de la lettre les énoncés et les mensonges proférés par le président de la république.

 

FRUSTRATION EST UN TRIMESTRIEL PAPIER, POUR LE SOUTENIR :
>> LISEZ FRUSTRATION PAPIER http://web2store.mlp.fr/produit.aspx…
>>> ABONNEZ-VOUS http://www.frustrationlarevue.fr/sabonner-a-frustration/

Votez Macron, bande de cons ! La « lutte antifasciste » des élites et la nôtre

« Abstention, piège à cons ». C’est le titre d’une énième tribune visant à « convaincre » les abstentionnistes de voter pour Emmanuel Macron, et qui se lamente :  « Que leur dire à ces malheureux inconscients si ce n’est les sommer de se ressaisir, si ce n’est leur répéter la parfaite dangerosité de leur raisonnement, si ce n’est leur mettre le nez dans le premier livre d’histoire venu afin de leur faire comprendre où ce genre de raisonnements nous conduit tout droit ? ». C’est une chronique signée d’un romancier sur le journal en ligne Slate.fr, et elle ressemble à toutes celles qui envahissent nos écrans, nos journaux et nos radios depuis le lendemain du premier tour des élections présidentielles. Ce phénomène de lutte contre l’abstention par l’injonction à voter n’est pas nouveau. Les Raphaël Enthoven et les Thomas Legrand n’ont pas attendu l’approche du second tour de l’élection présidentielle de 2017 pour cracher sur ceux qui ne se rendaient pas aux urnes. En effet, les membres de l’élite sont profondément contrariés par ce phénomène, principalement parce qu’ils sont incapables de le comprendre : eux qui aiment tant notre système politique, qui sont proches de celles et ceux qui en font partie, qui se divertissent des alternances (qui n’en sont pas) et des renouveaux (dans la continuité) ne comprennent donc pas qu’une bonne moitié de la population soit régulièrement tentée par la non-participation à ce qui lui semble être une mascarade qu’on lui demande de cautionner avec son bulletin de vote.

Mais cette fois-ci, éditorialistes, rédacteurs en chefs et chroniqueurs sont outrés par la possibilité même que des gens osent s’abstenir en masse dimanche 7 mai. Tous ceux qui ont fait passer un Macron à la base électorale très friable au premier tour en prônant le vote utile commencent à craindre que leur baudruche dégonfle brusquement. Cette masse informe et incomprise d’abstentionnistes pourrait bien gâcher leur fête, le plébiscite de leur candidat, celui que leurs titres font monter à coup de Unes depuis deux ans. Saint Macron, « la fusée Macron », « le renouveau Macron », « la surprise Macron », « la sensation Macron », l’habitué des couvertures de leurs magazines et de leur reportages, le mari de Brigitte, l’homme qui avait pour eux déjà gagné, car se retrouvant dans la configuration idéale : face à Marine Le Pen, celle-qui-sera-à-coup-sûr-au-second-tour-mais-qui-perdra-à-coup-sûr, ce qui présente donc « le scénario parfait dont le marché rêvait désespérément » (de l’extrême droite au deuxième tour, donc). Cette situation tant attendue, qui a permis à Macron et ses amis de fêter leur victoire avant même le second tour (et à L’Express de titrer en Une « IL A GAGNÉ son pari ») est en train d’être piétinée par toutes celles et ceux qui refusent de choisir entre cet ange tombé du ciel et l’incarnation de Belzébuth.

La Suite

Mais c’est quoi son PROJEEET en fait ? – Le vocabulaire sans risque d’Emmanuel Macron

Comme beaucoup, nous sommes depuis des semaines perplexes face à la place de favori de Monsieur Macron dans les sondages. N’est-ce pas quelqu’un qui veut radicaliser la loi Travail,  à laquelle s’opposaient près de 2 français sur 3 ? Ne veut-il pas généraliser le Crédit Impôt Compétitivité, ce pack d’exonérations de cotisations sociales dont le très sérieux organisme France Stratégie a montré dans un rapport qu’il n’avait eu aucun impact sur l’emploi mais qu’il avait augmenté les marges et les dividendes ? N’est-il pas l’ancien secrétaire général puis ministre de l’économie du président le plus impopulaire de la Vème République ? Lui, ses discours creux et ses enfonçages de portes ouvertes, comment peut-il susciter autant d’adhésion ? Nous avons eu la réponse grâce à l’un d’entre nous qui a assisté, courageusement, à son discours de Bercy, le 17 avril dernier. Son discours impeccablement vide et sans aspérité ne dit rien de la société. Il rassure toutes celles et ceux qui ne veulent rien entendre à ce sujet, qui nient la violence qui la traverse car cette société leur convient plutôt bien. Macron parle à toutes celles et ceux qui évoluent dans le monde des cadres supérieurs, des gens aisés et ambitieux qui n’ont jamais été contrôlés par la police ou galéré avec des CDD sous-payés et dont il est un des plus ardents défenseurs.

La Suite

Misère de la lutte contre le FN (2)

Daniel Cohn-Bendit mais aussi Bertrand Delanoë et tant d’autres justifient leur ralliement au néolibéral décomplexé Emmanuel Macron par la nécessité impérieuse de « voter utile » contre le Front national. « Si vous voulez vraiment éviter Marine Le Pen, Emmanuel Macron est le mieux placé aujourd’hui », expliquait sur France Inter le leader en peau de lapin de mai 68. Et nombre de riches diplômés bien pensants leur emboîtent le pas en hurlant au péril fasciste, persuadés de faire une fois encore preuve de leurs qualités visionnaires et profondément humanistes.

Pour commencer, le pronostic politicien n’est pas d’une grande lucidité : Macron est l’adversaire dont Le Pen a toujours rêvé : le champion du système, « mondialiste » décomplexé, qui pense que le CETA est une très bonne chose, qu’il faut une société de winners qui n’ont pas peur de la « formidable ouverture » que représente le libre-échange décomplexé. Vu la popularité de telles idées dans la population française, et en partie chez les classes populaires, on se dit qu’une victoire de Le Pen sera bien possible face à une incarnation parfaite de ce que la majorité des Français détestent depuis les années 1990.

Mais surtout, ce qui écœure dans l’attitude de ces hiérarques bien introduits de notre classe politique et intellectuelle, c’est leur façon d’instrumentaliser le dégoût légitime et nécessaire que provoque Le Pen pour justifier leur propre passage du côté néolibéral, leur propre renoncement à ce à quoi ils ont prétendu croire pendant décennies, bref, leur propre évolution logique de grands bourgeois qui voient d’abord les intérêts de leur classe avant celle du peuple.

Cohn-Bendit était macroniste avant l’arrivée de Macron, exaltant un fédéralisme européen où les peuples rétrogrades auraient moins leur mot à dire, tandis que dès 2008, Bertrand Delanoë ressortait la célèbre phrase de Tony Blair « l’économie n’est ni de droite ni de gauche, l’économie est. » : autrement dit, au revoir la discussion démocratique sur le partage des richesses, laissez faire la Commission européenne et la BCE.

Le Pen ou pas Le Pen, ces gens auraient rejoint Emmanuel Macron, le second souffle que notre classe politique offre aux mécanismes détestés de notre République néolibéralisée. Qu’ils se servent de cette raison légitime pour pouvoir continuer à se regarder dans une glace et être considérés par des éditocrates laquais comme de sympathiques rebelles n’est qu’une infamie de plus dans le parcours particulièrement sinueux de ces « hommes de gauche ».